• balle.jpg?fit=1536%2C1024&ssl=1
  • DSC_8948.jpg?fit=1536%2C1024&ssl=1
  • denis.jpg?fit=1536%2C1024&ssl=1
  • DSC_9047.jpg?fit=1536%2C1024&ssl=1
  • DSC_9055.jpg?fit=1536%2C1024&ssl=1

Hommage à nos Cougars

Dans No 06 - Août 2017. par

La municipalité fêtant son 175e a voulu profiter de ce tournoi pour honorer la grande équipe qui était celle des Cougars des années 70-80

Brève histoire des Cougars de Grande-Vallée

Pour la balle-molle, le tout a vraiment commencé au début des années’ 70. Nelson allait au séminaire à Gaspé où il apprit à lancer la balle rapide avec le moulinet complet. C’était le début de cette façon, de lancer.

Revenant chez lui l’été, ses amis l’imitent tout et si bien qu’on se retrouve déjà avec trois équipes à Grande-Vallée. Celle de Francis Minville, celle de Noël Fournier et celle de Nelson Fournier. Des joueurs comme Régis Fournier, René Lemieux, Benoit, Roger, Paul-René Minville faisaient partie de ces débuts. Le terrain se trouvait chez monsieur Ayotte, au début de la rivière.

Nous avions déjà une ligue de trois équipes.

La première équipe pour le tournoi s’appelait Les Maroons. Peu à peu, l’intérêt des gens de Grande-Vallée est apparu. Monsieur Jean-Paul Coulombe, alors concessionnaire Ford à Grande-Vallée devenait, notre commendataire officiel et l’équipe de tournoi s’appellera dorénavant les Cougars avec de beaux habits blancs et rouges. Comme on était fiers et heureux.

Le terrain a alors changé de place et s’est retrouvé derrière la polyvalente.

Le back-stop se trouvait dans le coin du champ droit actuel.

Installation de lumières, clôtures, etc.

Conrad Fournier nous aide généreusement, même très généreusement.

De nombreux spectateurs locaux suivent religieusement. L’équipe qui gagne plus souvent qu’à son tour. Le curé Guité ne devait sûrement pas taper ses cents dans sa poche le dimanche, car il manquait sûrement bien du monde à la messe…

Donat, Rock, Léonide, Élias, Félicien, Jeanne, Christian, Odette, madame Pierre-Paul Guérin, Ti-gène Bélanger, Thérèse, Roland, madame Féda, monsieur Hector et j’en oublie étaient de fervents partisans.

Voici donc, cette équipe championne des Cougars du début :

Receveur : Denis Fournier, bon compétiteur, bon bras, excellent frappeur, pince-sans-rire;

Premier but : Denis Chicoine, plus qu’excellent défensivement. Le meilleur 1er que j’ai vu dans toute ma carrière, frappeur redoutable ;

Deuxième but : Noël Fournier, bon lanceur de relève. Excellent frappeur ;

Troisième but : Yves-Marie Côté (Cyrias) Un vrai Côté.. Pas pressé, pas nerveux, toujours égal à lui-même dans son jeu. Coups sûrs opportuns ;

Arrêt-court : Roland Gagnon, un policier, joueur défensif spectaculaire, frappeur de longue distance ;

Champ centre : Réjean Fournier, une gazelle qui courrait sur le bout des pieds et marchait sur les talons – bizarre et premier frappeur souvent sur les buts ;

Champs gauche et droit : Francis et Benoit Minville, deux bons frappeurs. Francis devenait aussi un lanceur de relève ;

Lanceur : Nelson avec sa balle rapide basse et d’une précision chirurgicale.
Plusieurs joueurs se sont succédé au fil du temps : Gérard Pelletier, Jean-Guy Bouliane, Guy Roy, Marc-Yvan Côté (Cyrias) François Fournier (Albert), Gilles-Marie Côté et Jean-Marc Coulombe et j’en oublie sûrement…

Voici le moment où ils nous arrivent trois jeunes joueurs super talentueux : Claude Richard, Gérald Coulombe et Jean-Pierre Bélanger. Trois excellents lanceurs aussi différents que bons…

Claude : lanceur de balle rapide +++, lourde, pesante, difficile à frapper, contrôle parfait. Bon frappeur, un peu agressif… Défensive parfaite ;

Gérald : lanceur avec une balle qui bouge beaucoup, montante, tombante, courbe. Très difficile à frapper et à catcher surtout. Un super de joueur ;

Jean-Pierre : Notre carte cachée dans l’équipe. Très bon joueur, défensif, bon frappeur. Lanceur gaucher pas très rapide mais avec une grande courbe très décevante. Contrôle parfait !

Lorsque l’équipe adversaire se préparait à recevoir les bombes de Nelson, Claude ou Gérald et que nous leurs présentions Jean-Pierre ; tous se faisaient déjouer et nous gagnions.

Les années avec ces trois vedettes ont été très fructueuses si bien qu’entre autres, durant un été nous avons joué douze tournois, gagné 11 et perdu le 12e (1 à 0) sur une erreur de Nelson à l’arrêt-court à ce moment là. Pas si mal quand même !

D’autres joueurs ont par la suite continué à nourrir cette équipe : les Tony, Carl et Lewis à Fil, Jacques Guérin qui frappait la balle à l’autre bout du monde.

Les Cougars, je pense, ont fait honneur du village tout entier, et, même d’autres équipes très compétitives sont nées à Grande-Vallée avec les Jacques, André Lemieux, Claude Coulombe, etc…

Les Cougars sont fiers du chemin parcouru. Ils ont battu des lanceurs professionnels reconnus comme Gaston Leblanc, Normand Janvier, Richard Frenette et d’autres excellents lanceurs des villages et villes voisines comme Luc Germain, Bruno Laflamme, Jean-Pierre Samuel, Augustin Santerre, Bernard Robinson, Marcel Brochet, Martin et Neil Bernatchez, Claude Huard, Fred Matt, etc..

Finalement, le plus important, de cette période, c’est d’avoir pu créer, ici à Grande-Vallée, un loisir sain qui a duré de nombreuses années, d’amener une ambition légitime de toujours gagner, d’accepter la défaite et de permettre à de nombreux jeunes et moins jeunes de développer des talents exceptionnels, et, de s’amuser…

Merci Les Cougars, j’ai connu des moments magiques avec vous tous… Quels beau souvenirs!.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article