Assurance-emploi : La Table de concertation d’assurance-emploi de la Gaspésie rencontre le chef de l’opposition officielle Thomas Mulcair. – Genevieve Myles Adjointe de circonscription – Gaspé

Dans Août 2014. par

Messieurs Jacques Mimeault et Jean-Sébastien Martineau de la CSN GIM, Sylvain Réhel du Collectif forestier, Gaétan Cousineau du Mouvement action chômage Pabok, Maurice Quesnell de la Chambre de commerce de Bonaventure et Mesdames Marie-Thérèse Forest ainsi que Mireille Chartrand de la Table de concertation des groupes de femmes GIM ont tenu une rencontre à Bonaventure ce matin, le 13 août avec le Chef de l’Opposition officielle, monsieur Thomas Mulcair.

 Les intervenants de la Table de concertation d’assurance-emploi de la Gaspésie sont satisfaits de leur rencontre avec M. Mulcair. Chacun, selon leur champ d’action et de compétences ont présenté à monsieur Mulcair les répercussions de la réforme de l’assurance-emploi. Tous s’entendent pour dire que la réforme de l’assurance-emploi est plus que dommageable pour notre région et la réforme doit être abolie.

Jacques Mimeault, président du Conseil central CSN -GIM, mentionne « Nous sommes tous d’accord pour dire que la caisse de l’assurance-emploi appartient aux travailleurs et aux employeurs, qui y cotisent. À la suite de notre rencontre, je suis confiant : M. Mulcair est le seul qui fera en sorte que la caisse de l’assurance-emploi devienne et demeure sacrée. »

 Tout aussi ravi de la rencontre, Gaétan Cousineau du Mouvement action chômage Pabok affirme « qu’il est plus que satisfait d’apprendre par Thomas Mulcair,que le NPD va continuer à appuyer les revendications liées à l’assurance-emploi pendant la période électorale 2015 et qu’en plus le NPD en fera une priorité. »

 Rappelons qu’avec la réforme de l’assurance-emploi, les travailleurs de l’industrie saisonnière sont tenus, d’accepter n’importe quel emploi à 70% de leur salaire, à une heure de route de leur domicile; et que toute rémunération obtenue pendant la période de prestations est désormais retranchée à 50%.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article