Notre église a toujours besoin d’aide !

Dans No 1 - Janvier-Février 2021. par

Depuis mars dernier, frappée par la pandémie de la COVID-19, ajoutée à l’usure du temps, notre église n’a pas beaucoup de revenus : ni quête du dimanche, ni messe, ni funérailles, ni aucune activité de financement. Les factures sont là, il faut les payer. La surveillance des lieux exigée par les assurances, l’huile à chauffage, le déneigement, Hydro-Québec, Telus, Internet et tout ce qu’exige l’entretien d’un bâtiment sont tous des comptes à payer et que l’on reçoit régulièrement.

Plusieurs paroissiens se sont déjà rendus au bureau de la fabrique ou ont envoyé leur dîme/chauffage 2020 par la poste. (5 Saint-François-Xavier Est, Grande-Vallée, G0E1K0). La dîme est de 40 $ par personne, 80 $ par famille, due chaque année pour la survie de notre église et tous les services rendus à la communauté, d’autant plus importante cette année en ce temps de pandémie. Merci à vous, vous contribuez à sauvegarder notre église. En ces temps difficiles, la poste est un moyen sécuritaire pour faire parvenir vos dons au bureau de la fabrique.

Nous sommes à finaliser le formulaire d’aide au conseil du Patrimoine Religieux du Québec et faire la mise à jour de tous les documents requis.
La campagne de financement démarrée à l’automne 2020 va de l’avant. C’est avec beaucoup d’heures de bénévolat que la secrétaire de la fabrique Caroline Bélanger et Jacques-Noël Minville ont mis en marche la plateforme 100% virtuelle : gofundme.charity. En date du 18 janvier 2021, la somme de 3 000 $ a été déposée.

Vous pouvez également faire un don par la poste en indiquant que votre montant est pour les réparations de l’église. Un compte est ouvert à la Caisse Populaire et 2 531,65 $ y est déposé. Merci.

IL N’Y A PAS DE PETITS DONS, TOUS LES DONS FERONT LA DIFFÉRENCE.

Le panneau publicitaire à l’entrée de la route de la Rivière vous informera à chaque semaine du montant cumulatif des deux campagnes de financement.

Pour terminer, je reprends les paroles de monsieur Jean-Claude Côté du Journal Le Phare de novembre/décembre 2020. « Notre église qui pointe fièrement son clocher vers le ciel a subi de durs coups depuis la tempête du mois de mars. L’église de Grande-Vallée, c’est la signature de notre village. C’est le lieu de rassemblement par excellence, c’est l’endroit où nous officialisons notre entrée dans la communauté et où nous la quittons. C’est un trésor de souvenirs joyeux et tristes soutenus par les accords de l’orgue et les harmonies de la chorale. Il faut sauver notre église et le temps presse. »

Ce n’est pas seulement un devoir de mémoire qu’il nous faut assumer en tant que catholique, c’est aussi une obligation de préserver notre patrimoine collectif en tant que citoyen.

Bonne réflexion. À suivre…

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*