Votre point de service Alzheimer Estran-Murdochville

Dans No 6 - Juillet 2020. par

Bonjour à vous,
Oui la pandémie de la COVID-19 a bouleversé nos vies incluant tous nos projets collectifs mais c’est avec un grand soulagement que j’ai accueilli à la fin mai, la bonne nouvelle de notre SAGÎM qui me donnait le feu vert pour des visites à domicile extérieures. Mais dame nature ne m’a pas facilité la tâche !
Hé oui, la saison estivale approche à grands pas et je tenais à vous faire un petit coucou avant mes vacances. Je serai absente du bureau du 15 juin au 2 juillet; n’hésitez pas à laisser votre message et dès mon retour, je vous contacterai.
Je profite de ce cette occasion pour vous remercier de votre confiance et de votre accueil qui m’ont permis de passer des moments agréables. Je souhaite profondément reprendre mon boulot de façon traditionnelle mais je suis consciente que la technologie pourrait être intégrée à notre offre de services. Tout pour nous sortir un peu de notre zone de confort mais quand l’amour est là, tout va !
Marche Alzheimer
individuelle en
septembre 2020
Vous avez sans doute vu passer sur Facebook la magnifique photo de notre comité organisateur 2020, clin d’œil de notre marche Alzheimer qui devait se tenir le samedi 30 mai dernier, à Grande-vallée. La SAGÎM en partenariat avec notre télévision communautaire Télé-Sourire, sont à préparer la logistique de cette première marche régionale mais individuelle qui se tiendra en septembre prochain. Dès juillet, chaque marcheur élite recevra une lettre détaillée de la marche à suivre pour cette activité de financement et de sensibilisation. Puisque septembre est le mois international de la maladie d’Alzheimer, préparez-vous, on vous réserve des nouveautés et nous serons tous unis pour la mémoire mais différemment!
Je ne veux pas dévoiler toutes les actions de cette 1ère marche individuelle mais la technologie se tourne vers des tournages de capsules en famille, des témoignages de nos porte-parole et de marcheurs élites, des défis personnels et j’en passe. Je vois déjà l’intérêt et la solidarité de nos vaillants marcheurs élites et de nos communautés de l’Estran. À suivre !
Mille fois MERCI aux 72  marcheurs élites qui se sont engagés pour la cause ! Plusieurs d’entre vous m’ont remis leur contribution et je vous remercie sincèrement. Pour ceux et celles qui n’ont pas commencé et ou terminé leur sollicitation, vous avez jusqu’au 12  septembre prochain pour amasser votre 200 $. Même en période de pandémie, notre levée de fonds est plus qu’essentielle et les besoins sont toujours présents. On ne lâche pas !
Capsule d’information liée au proche aidant
Dans le cadre de notre télétravail en période de confinement, les intervenants-es avaient en autre, un objectif commun celui de produire une courte capsule vidéo présentant de l’information sur la maladie d’Alzheimer. La thématique que j’ai choisie pour vous est Devenir proche aidant, ça s’apprend…
Cette capsule est diffusée sur la page Facebook de la SAGÎM mais je voulais partager ces quelques trucs d’accompagnement avec plus de précisions. À partir de mes expériences familiales et professionnelles et de mes valeurs profondes en accompagnement des personnes affectées de troubles neurocognitifs, je peux vous confirmer qu’on apprend de nos essais-erreurs.
Pour moi, les deux éléments prioritaires pour rendre un accompagnement agréable sont la communication et notre comportement ou bien notre attitude avec la personne aidée. Il est important de retenir que les personnes affectées de troubles neurocognitifs sont comme nous. Chacune a sa propre histoire, une personnalité unique, un vécu, des intérêts et aussi des préférences.
Dans le contexte actuel rempli d’incertitudes, les personnes que vous accompagnez ont besoin d’aide de personnes attentionnées pour rester calme et se sentir en sécurité. Communiquer avec une personne atteinte de troubles neurocognitifs présente un grand défi. Il est important de savoir bien communiquer mais cela exige patience et beaucoup d’imagination et de créativité.
Voici maintenant les différentes approches pour faciliter votre communication avec la personne que vous accompagnez :
Premièrement, il faut limiter toutes les distractions et les bruits inutiles car on sait bien que la communication est toujours plus facile s’il ne se passe pas rien d’autre en même temps. Par ex, si la TV ou la radio dérange, éteignez l’appareil;
Deuxièmement, il faut capter son attention et établir le contact par le regard, la voix et le toucher affectif soit sur le bras ou la main. Il faut toujours se mettre en face de la personne et se rapprocher d’elle pour qu’elle puisse voir l’expression de votre visage qui doit être souriant et détendu;
De plus, votre voix est un élément très important : elle doit être calme et rassurante car un ton fort et haut risque de lui faire peur ou de la rendre insécure;
Vous devez parler lentement et clairement en utilisant des phrases courtes et simples car sa mémoire l’empêche de retenir trop d’information;
Essayez aussi de ne pas interrompre la personne que vous aidez, même si vous croyez savoir, ce qu’elle essaie de vous dire. Observez également sa communication non-verbale comme son expression du visage, ses agitations qui expriment toujours un besoin qui n’est pas comblé;
Soyez patient et surtout évitez toute obstination: Si la personne vous voit impatiente ou nerveuse, elle risque de devenir tendue et frustrée ; on dit que la colère n’est pas bonne ni pour soi ni pour l’être cher que vous accompagnez.
Favorisez les échanges; faites en sorte que la communication se fasse dans les deux sens. Incitez-la à participer à la conversation et toujours vérifier auprès de la personne pour voir si vous avez bien compris;
Favorisez l’humour et le rire, mais respectez aussi la tristesse : l’humour pourra vous rapprocher, il s’agit d’une bonne thérapie. Le fait de rire ensemble d’erreurs est bon pour les deux. Par contre, si la personne semble triste, encouragez -la à exprimer ses sentiments.
Respectez la personne en l’appelant par son nom lorsque vous vous adressez à elle et surtout faites attention de ne pas parler d’elle à d’autres membres de la famille en sa présence;
Finalement, votre comportement, votre attitude dans l’accompagnement doit-être positive. Donc, on choisit une attitude de bienveillance, d’écoute et de compréhension.
Cher aidant, je tiens à vous remercier du fond du cœur pour votre courage et tout l’amour que vous offrez à l’être cher. Au-delà des responsabilités, il faut savoir partager vos préoccupations, apprendre à mettre vos limites, vous faire confiance, éviter de vous culpabiliser et aller chercher de l’aide pour préserver votre santé et votre bien-être. Nous sommes là pour vous!
Les personnes atteintes de troubles neurocognitifs doivent sentir que vous êtes leur allié. Merci de votre curiosité et bonne chance dans votre accompagnement. Passez un bel été !
Reconnaissance à une bénévole exceptionnelle, madame Louise Synnett
J’étais loin de penser que cette femme d’une générosité exceptionnelle nous quitterait si vite, quelle triste nouvelle!
Je me souviens d’un 18 septembre 2016, journée de ma fête de retraite, Louise dans toute sa bonté et sa créativité me présentait un recueil des hommages de mes anges bénévoles dont elle en faisait partie. Aujourd’hui, c’est moi qui te dois cette reconnaissance. Merci chère Louise, pour ton dévouement, ton respect, ton humanité, ta douceur et ta confiance. Oui, il faut reconnaître et accepter cette difficile réalité mais nos souvenirs, notre amitié, notre attachement ne sont pas morts et ne mourront jamais. De là-haut, continue de veiller sur nous et ta famille comme tu l’as toujours fait.
Mes plus sincères condoléances et toute mon amitié à la famille Synnett.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*