C’est ma foi vrai !

Dans No 08 - Octobre 2019. par

Novembre, le mois des morts?
Dans le calendrier liturgique chrétien, novembre est entièrement consacré aux défunts. C’est pourquoi on le surnomme le mois des morts. Deux célébrations marquent ce mois et sont placées au début; la Toussaint est célébrée le 1e , et le 2 du mois, le jour des Morts est consacré à la commémoration des défunts.
Instauré par le pape Grégoire IV en l’an 837, la Toussaint est la fête de tous les saints, plus spécifiquement les martyrs qui ont mérité la vie éternelle par leur sacrifice. Elle remplace la fête des martyrs que son prédécesseur Boniface IV avait fixée au 13 mai. Le jour des Morts tire son origine de certaines croyances qui attribuaient aux défunts le pouvoir de se glisser dans le monde des vivants pour racheter les fautes qu’ils auraient commises lors de leur passage sur la terre. L’Église a institué une journée précise, pour les aider à sortir du purgatoire, en priant pour eux. Cette journée s’accompagnait parfois d’une quête pour les âmes et de cette tradition serait l’origine de la cueillette de bonbons de l’Halloween. Une coutume d’origine française qui s’est pratiquée au Québec jusqu’au milieu du 20e siècle est la criée des âmes. C’était une vente aux enchères qui avait lieu sur le parvis de l’église, au profit des âmes des défunts. Dans certaines paroisses, cette criée avait lieu chaque dimanche de novembre, alors qu’ailleurs on en tenait une seule après la messe du jour des Morts. Chacun apportait sa contribution : des légumes, un sac de grain, un poulet, un ouvrage artisanal, un pain de sucre, etc. La vente se déroulait à la façon d’un encan et l’argent remis au curé servait à faire chanter des messes pour le repos des morts.
Mais pourquoi choisir novembre comme le mois des morts et non pas un autre? Dans le calendrier des populations celtiques, le mois de novembre marquait l’avènement de la « saison sombre », qui se prolongeait jusqu’au mois de mai, début de la « saison claire », ces deux bornes calendaires ayant en outre des liens avec le cycle de la vie pastorale et celui de la vie agricole. D’autres sources parlent d’une volonté de l’Église du IXe siècle de christianiser une fête païenne celtique, appelée Samhain, qui à l’époque était encore vivace au sein des populations occidentales.
Quoi qu’il en soit, ce mois reste important pour se rappeler nos défunts et garder en mémoire ce qu’ils étaient et ce qu’ils ont apporté à nos communautés chrétiennes et civiles. Et pourquoi pas prier pour eux? Ça ne peut faire de mal à personne, bien au contraire!

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*