C’est ma foi vrai !

Dans No 05 - Juillet 2019. par

Les feux de la Saint-Jean


Vers la fin du mois précédent, plus précisément le 24 juin, il y avait la fête de la Saint-Jean. Un élément important des festivités de notre fête nationale est bien évidemment les feux de la Saint-Jean-Baptiste. D’où tirent-ils leur origine? Après des recherches sur le site Interbible, j’ai trouvé des informations fort intéressantes que je vous partage ce mois-ci.
Il provient d’anciennes fêtes païennes liées au solstice d’été. Ces fêtes agraires remontent à l’Antiquité, marquées par le culte du soleil. Le site mentionne : « En Syrie et en Phénicie par exemple, le solstice estival donnait lieu à une grande fête en l’honneur de Tammuz, la forme sémitique de Dumuzi, dieu mésopotamien de la végétation. La fête étant liée au culte solaire, on allumait des feux de joie et cette coutume est demeurée jusqu’à aujourd’hui. » Le calendrier chrétien a intégré cette fête agraire et l’a associée à la figure de Saint-Jean-Baptiste.
Le symbolisme de la lumière pourrait tirer sa référence de l’Évangile de Jean dans le chapitre 5 : « Jean était une lampe qui brûle et qui luit ; et vous avez voulu vous réjouir pour un temps à sa lumière. (Jean 5, 35) » Dans son Évangile, au chapitre 1, verset 8, il nous dit que le Baptiste n’était pas la lumière et que son rôle était de témoigner au sujet de la lumière : Jésus.
Ce symbolisme de la lumière dans l’Évangile de Jean et le lien étroit qui unit le Baptiste et Jésus, pourrait autoriser cette lecture, même si Jean ne fait aucune allusion au solstice d’été et de la lumière dont il est question, n’a rien d’un grand feu comme on en allume à la Saint-Jean, écrit l’auteur. L’auteur de ce texte, Sylvain Campeau, bibliste, termine avec ces mots : « Devant le prochain feu de la Saint-Jean, je penserai à ce passage du quatrième évangile qui rappelle le témoignage du Baptiste. »

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*