Stop vandalisme

Dans No 05 - Juillet 2019. par

Qu’est-ce que le vandalisme?

Les actes de vandalisme peuvent être des graffitis ou toutes autres formes de détérioration de biens publics ou privés (briser du matériel scolaire, casser des vitres, détruire des abribus, etc.). Présent partout, le vandalisme occasionne la dégradation de nos milieux de vie. Pourtant, plusieurs considèrent les actes de vandalisme comme des crimes sans victime. Loin d’être sans victime, le vandalisme a des conséquences sur tous.

Il est difficile de chiffrer la proportion de jeunes qui commettent des actes de vandalisme. Même si l’on ne peut quantifier exactement ce problème, il suffit d’un regard pour constater que les actes de vandalisme sont courants.

« C’est pas grave…
Partout où tu passes, tu laisses ta marque. Ton « tag » est présent dans le parc, sur les murs de l’école, sur les façades de quelques commerces. C’est la façon dont tu t’exprimes, ta marque de commerce. Et puis, il y a la bande que tu fréquentes des fois qui casse tout sur son passage. Tu trouves ça niaiseux, mais, quand t’es avec eux, tu te dis : « pourquoi pas? ». Après tu rentres chez toi. Pas de remords, pas de mauvaise conscience. « De toute façon, c’est pas grave, j’ai rien fait de mal ».

Ces comportements se perpétuent parce que beaucoup de jeunes pensent qu’il ne s’agit pas d’un acte grave. Même auprès de certains adultes, le vandalisme peut paraître comme un délit sans importance. Pourtant, le vandalisme peut parfois être le premier pas qui engage une personne dans une trajectoire criminelle.

En plus des coûts financiers importants qui résultent de la réparation ou du remplacement des biens brisés, le vandalisme a un impact négatif sur ton milieu de vie. Un parc constamment vandalisé ne sera plus fréquenté par les enfants. Les jeux ne seront plus remplacés et le quartier ne pourra plus bénéficier d’équipements publics en bon état. Ton geste peut être gratuit, les conséquences sont pourtant lourdes pour ta communauté. Les endroits vandalisés n’inspirent pas confiance. Laissés à l’abandon, ils peuvent devenir des lieux où s’effectuent d’autres crimes comme le trafic de drogues.

Se sentir en sécurité est un besoin fondamental. Le vandalisme va à l’encontre de ce besoin et contribue à augmenter la peur dans ton quartier. Celui-ci devient alors moins accueillant et sa réputation se détériore. Sache qu’il est très important pour tous de vivre dans un milieu sain. Prendre soin de son quartier est un des facteurs qui améliorent le bien-être des gens qui y vivent.

Le vandalisme est un acte intentionnel de destruction ou de dégradation de la propriété d’autrui.


« Il est important que tous soient conscients des conséquences néfastes qu’a le vandalisme sur nos milieux de vie. Ainsi, il faut sensibiliser les jeunes aux dégâts causés par le vandalisme et s’assurer que ces comportements ne sont pas tolérés. N’hésite pas à faire comprendre à tes amis ou à d’autres que le vandalisme est un crime et que tous en paient le prix. »

 

« Le vandalisme peut parfois être le premier pas qui engage un jeune dans une trajectoire criminelle. Faut y voir, c’est pas une blague… »

Graver son nom sur un banc public,
briser des boîtes aux lettres,
faire un graffiti sur un mur…
Ces gestes ne sont pas banals, ils pourraient même être des infractions criminelles!

Briser ou abîmer volontairement des objets qui appartiennent à un autre est une infraction criminelle. Cette infraction porte un nom: méfait. Elle peut désigner plusieurs actions qu’on appelle souvent du vandalisme. En voici quelques exemples: briser une fenêtre, couper une clôture, défoncer une porte, etc. Rendre un objet inutilisable ou dangereux, c’est aussi commettre un méfait. C’est le cas, par exemple, si quelqu’un crève les pneus d’une voiture ou simplement fracasse une bouteille de verre.

 Attention!

Si quelqu’un te permet de faire un graffiti sur son mur, ce n’est pas un méfait. Dans ce cas, n’oublie pas de lui demander une permission écrite. Renseigne-toi: il faudra aussi que tu respectes les règlements de la municipalité.

Savais-tu que…

Les policiers peuvent aussi bien détenir ou arrêter une personne de moins de 18 ans qu’un adulte

Infraction criminelle: Connais-tu tes droits?

Tu as de 12 à 17 ans et tu es soupçonné d’avoir commis une infraction criminelle. Tu t’es fait prendre par la police. On t’a dit que tu serais contacté pour la suite des choses. Lis cet article. Tu y apprendras quels sont tes droits et comment ils seront respectés au cours des étapes à venir. Tes droits face à la police lorsqu’ils t’ont intercepté, les policiers ont dû t’informer de tes droits…

https://www.educaloi.qc.ca/jeunesse/capsules/infraction-criminelle-connais-tu-tesdroits

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*