Alimentation dans la MRC de la Côte-de-Gaspé : À la rencontre des citoyens

Dans No 6 - Août 2018. par

La MRC de La Côte-de-Gaspé est porteuse de l’un des neuf (9) projets pilotes mis en place au Québec par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) dans le cadre de sa stratégie de soutien de l’agriculture urbaine. Le projet pilote vise à dresser un portait des acteurs et activités, à poser un diagnostic sur le potentiel de développement et à établir un plan d’action en matière d’agriculture urbaine pour notre territoire.

Qu’est-ce que l’agriculture urbaine ?
On pourrait caractériser l’agriculture urbaine comme étant simplement celle que l’on pratique en ville. Il s’agit d’une agriculture tournée vers le citadin, qui utilise des ressources, des déchets, des produits et une main-d’œuvre de la ville.  Alors sommes-nous concernés, nous qui vivons en milieu rural dans de petites collectivités ?

L’agriculture urbaine n’est pas une découverte occidentale récente, mais une réappropriation d’un fait très ancien largement partagé dans le monde et très lié à la sécurité et à l’autonomie alimentaire des populations. Elle favorise également l’accès à une nourriture saine. Elle se réfère surtout à de petites surfaces (espaces verts, jardins communautaires, collectifs ou individuels, balcons, toits, terrasses, récipients divers) utilisées pour cultiver quelques plantes et élever quelques animaux en vue de la consommation du ménage ou de ventes de proximité. Elle peut cependant revêtir une dimension commerciale et occuper des espaces plus importants et plus aménagés (serres, vergers…). Elle se différencie de l’agriculture « commerciale » traditionnelle par son souci d’être d’abord destinée à satisfaire les besoins en alimentation de la population locale. Il s’agit donc d’une agriculture à majorité non professionnelle, le plus souvent de petite échelle et qui privilégie systématiquement les circuits courts et les alliances entre producteurs et consommateurs, plutôt que l’exportation vers les marchés extérieurs.

Dans les pays occidentaux, outre ses fonctions alimentaires et économiques, elle revêt aussi un caractère social, éducatif et communautaire important. Enfin, elle a aussi pour vocation d’être une agriculture respectueuse de son environnement.

Fournissant des produits agricoles et des services pour une consommation locale, l’agriculture urbaine peut donc prendre différentes formes : communautaire, commerciale ou privative, etc., et présenter des bénéfices variés sur le plan de l’alimentation, de la santé, de l’environnement ainsi que sur les plans sociaux et communautaires.

L’objectif principal du Plan d’agriculture urbaine de la Côte-de-Gaspé est d’accroître l’accès de la population à des aliments locaux, frais et sains à des prix abordables. C’est aussi celui de la mobilisation collective « Nourrir notre monde », développée dans le cadre de la démarche intégrée en développement social de la Côte-de-Gaspé et fortement inspirée de la démarche développée dans la Haute-Gaspésie et dans la MRC de Rocher-Percé.

Le Plan d’agriculture urbaine est un outil pour agir sur le système alimentaire local et en particulier sur les volets production agricole et distribution alimentaire, afin d’atteindre cet objectif. Il est aussi un outil pour créer des liens entre les acteurs professionnels (producteurs agricoles, marchands…), les élus et les citoyens et pour les associer à la démarche. Enfin, il est un outil pour structurer les actions en un tout cohérent : le plan d’action.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article