Lettre ouverte

Dans No 4 - Juin 2018. par

J’ai annoncé que je ne solliciterai pas de nouveau mandat comme député de Gaspé aux prochaines élections générales de cet automne.

La conjoncture politique québécoise actuelle et l’expérience des six dernières années m’amènent à reconsidérer mon implication active comme député. Bien que je ne serai plus en politique active québécoise à partir d’octobre prochain, soyez assurés que j’ai la ferme intention de demeurer très actif au sein des dossiers de développement régional gaspésiens ainsi qu’à l’égard de l’importante question de l’occupation dynamique du territoire québécois. Mon implication soutenue depuis 30 ans dans ce domaine et l’expérience acquise au cours de mon passage en politique active me motivent fermement à poursuivre mon implication sur ces deux enjeux.

Autrement dit, je change de véhicule, mais je garde la même destination.

Je suis privilégié d’avoir pu vivre l’expérience politique de 2012 à 2018 de manière très intense et je suis extrêmement reconnaissant envers la première ministre madame Pauline Marois de m’avoir accordé sa confiance en m’impliquant pleinement et directement dans le développement régional québécois lors de notre passage au gouvernement.

J’ai appris énormément des divers collègues qui m’ont entouré au cours de ces deux mandats. J’ai été en mesure de constater qu’on trouve des femmes et des hommes de grande qualité avec de belles valeurs au sein de l’ensemble des formations politiques. Plusieurs d’entre eux demeureront des amis au-delà de mon passage en politique.

Mes six années de vie politique m’ont permis de constater que mon objectif de faire de la politique autrement est également partagé par de nombreux collègues. Je suis d’avis qu’il faut absolument poursuivre le combat, car la partisanerie à outrance et les débats stériles ne servent aucunement le bien commun et discréditent la démocratie québécoise aux yeux des citoyens.

De plus, je suis extrêmement préoccupé par la question du développement régional. Les politiques de plus en plus centralisatrices contribuent à isoler dangereusement les régions. Il y a un immense de défi de concertation et de leadership à relever. C’est un enjeu urgent et majeur à l’égard duquel l’ensemble des leaders régionaux doivent s’attaquer immédiatement en priorité. Les véritables changements dans la société émaneront de plus en plus de la base. La question de l’occupation du territoire s’inscrit à mon avis directement dans cette lignée. La concertation et l’action interrégionale seront l’alternative efficace au développement de toutes les régions du Québec, y compris celui de la Gaspésie.

Finalement, je tiens à remercier particulièrement ma conjointe, mes deux fils ainsi que l’exécutif du Parti Québécois régional et celui du comté de Gaspé pour leur soutien indéfectible.

Je tiens également à saluer mon équipe en circonscription, et au Parlement qui m’a suivi et appuyé au fil des ans. Ces appuis de même que les conseils de nombreux collaborateurs et amis issus de toutes les allégeances politiques m’auront permis de maintenir le cap avec une rigueur et un dévouement complet, même lors de période plus agitée.

Je tiens à remercier du fond du cœur la population gaspésienne, et particulièrement celle de la circonscription de Gaspé, pour leur confiance et leur constante marque de reconnaissance à l’égard de mon travail de député au cours des six dernières années. Ce fut un privilège et un honneur de vous représenter et de défendre vos intérêts à l’Assemblée nationale du Québec.

Gaétan Lelièvre, député indépendant de Gaspé

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article