Le tricot de madame Marie-Claire Houde

Dans No 4 - Juin 2018. par

La vie, c’est comme un tricot ! Le créateur t’a donné de la laine et des aiguilles et il t’a dit : tricote de ton mieux, une maille à la fois.

Fille de madame Mélida Lebreux et de monsieur Octave Houde, madame Marie-Claire Houde voit le jour le 16 juillet 1927 et elle est la 4e d’une famille de six enfants. Fière de sa mère, Marie-Claire disait souvent qu’elle lui avait tout appris afin d’être une bonne épouse, une mère attentionnée et une citoyenne avertie et impliquée.

La laine que le créateur lui avait donnée pour tricoter le foulard de sa vie était de toutes les couleurs. En 1947, madame Marie-Claire épouse monsieur Paul-Émile Gaumond. De ce mariage naîtront 11 enfants, les plus beaux du village disait-elle ! Veuve à 44 ans, elle a dû élever seule ses enfants. Forte et courageuse, elle a su traverser les montagnes qui se dressaient sur sa route. En décembre 2016, le magazine AGIR du Carrefour 50+ du Québec a publié un article dans lequel il qualifiait cette dame de femme inébranlable. En 2011, elle reçoit la médaille du Lieutenant-Gouverneur, l’honorable Pierre Duchesne et je vous assure que sa présentation était alimentée de plusieurs éloges, digne d’être reconnue comme une grande dame, comme celles mentionnées sur la sculpture En mémoire d’elle, érigée en 2012 à Gaspé.

Avant de vivre à Petite-Vallée, madame Marie-Claire a vécu plusieurs années dans la Colonie de Saint-Thomas de Cloridorme. Un jour, elle a résumé son séjour en disant : mon Dieu qu’on était bien là ! C’était le paradis, on n’avait peur de rien ! On a beaucoup travaillé, mais quelle belle histoire !

Je crois bien que la couleur préférée de madame Marie-Claire était le vert, couleur de l’espoir. Elle a pris son destin en main, elle ne s’est jamais laissée abattre… elle est retournée aux études et, progressivement, elle est devenue femme publique.

Le 7 décembre 1982, elle a mis sur pied le comité provisoire du Centre d’action bénévole La Grande Corvée, avec le CLSC et ses complices madame Raymonde Côté Brousseau et monsieur Guy Bernatchez. Ils ont enfin obtenu la charte de la Grande Corvée le 1er mai 1985. Madame Marie-Claire a tenu le rôle de coordonnatrice pendant 7 années, elle a aussi siégé au conseil d’administration pendant 3 ans et a toujours été un mentor pour des projets tels les jardins collectifs, les rendez-vous Vieillissement et Santé et j’en passe….

De plus, on retrouve madame Marie-Claire comme conseillère municipale pendant 19 années. Il y a quelques années, le conseil municipal de Petite-Vallée a élaboré une politique familiale municipale ainsi qu’une municipalité Amie des aînés. Elle a fait partie du comité d’élaboration et d’implantation et, par la suite, du comité de suivi. Encore une fois, sa sagesse et son expérience ont été mises à contribution et nous pourrions aussi parler des mesures de sécurité civile et combien d’autres projets…

Madame Marie-Claire a été partie prenante pour la majorité des projets du Cercle de Fermières de Petite-Vallée. Elle a tenu un comptoir d’artisanat gaspésien à Petite-Vallée et, à une occasion, à la Place Bonaventure à Montréal. Elle est en quelque sorte une fée de l’aiguille et de la laine. Ses conseils judicieux ont grandement aidé Denise, Marielle, Aline, Priscilla et combien d’autres, quand elles confectionnaient des catalognes et linges à vaisselle sur les métiers à tisser… 20 fois sur le métier, remettez votre ouvrage, polissez-le sans cesse… disait-elle.

Pendant plus de 30 ans et même tout récemment encore, elle siégeait au conseil d’administration du Club 50 ans + de Petite-Vallée et ce, jusqu’à atteindre le titre de MENTORAT. Elle ne manquait jamais une réunion du CA et les AGA de secteur Gaspé-Nord-Est, plusieurs assemblées générales et congrès de Carrefour 50+ du Québec… Elle disait toujours… Si j’ai une place…, j’embarque !…

Madame Marie-Claire a été choriste dans L’Air du Saint-Laurent et participe à la naissance du Chœur de l’Estran. Elle s’est même offert une tournée en France avec Les voix du Large de Gaspé. Elle adorait le chant et la musique et elle avait toujours son billet de saison au Théâtre de la Vieille Forge à m’oncle Freddy qu’elle disait. Elle était assidue à tous les spectacles du Festival en Chanson de Petite-Vallée et surtout celui de La Petite École en Chanson.

Pour tout le monde, le sobriquet de Mamie à Marie-Claire lui était dévolu, et nous savons tous pourquoi. Les vaisseaux de son cœur et les portes de sa maison étaient toujours grands ouverts. Elle avait le don de nous accueillir inconditionnellement, toujours avec le sourire, des gestes affectueux et des gâteries propres à chacun de nous.

Madame Marie-Claire aimait la lecture et elle se tenait au courant de toutes les nouvelles du monde, tant sur le plan politique, religieux, culturel, scientifique et social. Elle était très avant-gardiste, une mémoire vivante du passé concernant ce qui se passait dans le secteur de l’Estran et en Gaspésie. Elle a maintenant déposé ses aiguilles et son tricot pour enfin se reposer.

Vous savez, un être bien-pensant a déjà dit : Si vous perdez une personne qui vous est chère, la meilleure façon de la maintenir en vie, c’est de la conserver dans votre mémoire et dans votre cœur. Pour nous, madame Marie-Claire ne partira jamais et c’est la grâce que je nous souhaite de tout cœur.

* Témoignage honorifique d’un citoyen de la communauté de Petite-Vallée en l’honneur d’une grande dame qu’était madame Marie-Claire Houde le 2 juin 2018

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article