Mot du président

Dans No 1 - Février 2018. par

Je débute cette première parution de l’année en vous transmettant au nom du conseil d’administration, bénévoles et employé, « une Bonne et Heureuse Année 2018 ». Puisse vos projets et vos rêves se réaliser cette année. Comme le disait nos anciens : « et le paradis à la fin de vos jours ». Pourquoi pas avant ?

Veuillez prendre note que, depuis le début de janvier, le local est fermé les vendredis après-midi et le sera également les mercredis, jeudis et vendredis des dates de tombée des articles, soit le jour avant et après ainsi que la journée même. Ceci dans le but de permettre la correction, la mise en page et la vérification du journal avant sa parution définitive. Pour ce qui est du vendredi après-midi, cela est rendu nécessaire afin de diminuer notre déficit opérationnel. Ce fut une décision difficile à prendre, car cela implique une diminution de salaire pour notre employé. Elle fut prise avec l’assentiment de notre employé, ce qui dénote de sa part une volonté assurée de pérenniser la survie du Journal.

En février 2017 lors de la rencontre d’information sur l’avenir du Journal, la mairesse actuelle s’était engagée au nom du conseil municipal de Grande-Vallée, de le soutenir financièrement s’il survenait un déficit en fin d’année pouvant mettre en péril son existence. Il avait été résolu par la suite par le conseil municipal d’alors de le soutenir à un maximum de 7 500 $. Étant pleinement conscient que cet argent provient de la poche des contribuables et en citoyen corporatif responsable, le conseil d’administration avec le soutien de son coordonnateur a réussi à réduire le déficit opérationnel 2017 à 5 000 $ et quelques sous. Notre reconnaissance à l’ancien conseil municipal ainsi qu’au nouveau pour l’aide apportée. Les autres municipalités du secteur seront invitées à soutenir le Journal au moyen d’une « quote-part » par exemplaire distribué dans leur municipalité respective. Cela existe déjà depuis près d’une dizaine d’années, mais le montant n’avait jamais été augmenté. Il passe de 0,10 $ à 0,35 $ par exemplaire distribué à chaque parution dans ces municipalités.

Toujours dans le but de rationaliser nos dépenses et d’optimiser nos sources de revenus, nous avons procédé à l’acquisition d’une nouvelle imprimante, plus performante et moins coûteuse. Son coût de location mensuel permettra au Journal d’économiser près de 3 600 $ par année. Je profite de l’occasion pour inviter et inciter toute la population, incluant les organismes et commerces du secteur à utiliser nos services d’impressions, car plus l’imprimante travaille plus nous pouvons la rentabiliser. Notre coordonnateur se fera un plaisir de vous faire part de nos tarifs très concurrentiels.

Dans les prochaines semaines, le conseil d’administration rencontrera la MRC pour établir des ententes avec elle pour un soutien plus substantiel. Il mettra également sur pied un comité de rédaction lui permettant de recueillir davantage d’informations locales provenant de tous les secteurs du Journal.

Une bonne nouvelle provenant du Ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), il bonifie notre subvention d’un montant additionnel de 3 500 $ qui fait partie de leur politique d’aide au numérique. Ce montant pourrait varier d’une année à l’autre, mais est toujours le bienvenu.

Comme vous pouvez le constater, les membres bénévoles du CA du Journal et son coordonnateur travaillent à trouver des moyens d’assurer sa survie, car nous savons bien que rien n’est jamais définitivement acquis où que ce soit. Si vous vous ennuyez à la maison et avez du temps à partager, nous sommes toujours à la recherche de telles perles rares.
À la prochaine.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article