Les belles rencontres

Dans No 1 - Février 2018. par

Nous entendons souvent dire que notre région est dévitalisée et que nos jeunes gens partent en ville pour étudier et ne reviennent pas ! C’est vrai, mais il y en a aussi qui reviennent pour rester.

J’ai donc eu l’idée de commencer une série sur ces Gaspésiens qui reviennent au bercail. Quelles sont leurs motivations ? Comment vivent-ils le retour ? Comment voient-ils leur avenir ?

Ma première entrevue est avec un jeune homme qui est parti faire ses études il y a presque dix ans, mais qui est revenu récemment pour s’établir dans son village natal.

Julien Lebreux est parti à l’âge de 24 ans faire des études en musique au cégep de Sainte-Foy et à l’université Laval. Chemin faisant il a non seulement appris son art musical, mais il a aussi appris à s’ouvrir à toutes sortes de nouvelles idées et cultures.

L’an passé, il a décidé de revenir à Grande-Vallée pour enseigner la musique. Autant il aimait la ville, autant la Gaspésie lui manquait. Et puis, il voulait redonner à sa communauté. Il savait qu’il prenait un risque, mais il avait confiance qu’il pourrait s’établir peu à peu.

Il a choisi de s’acheter une petite maison à partir de laquelle il peut enseigner la musique. C’est dans cette belle petite maison, lumineuse, située sur la rue Denise que je l’ai rencontré.

Quand je lui ai demandé la raison de son retour après dix ans, Julien n’a pas hésité. Il a dit que son lieu d’appartenance, c’était Grande-Vallée. C’est ici qu’il a grandi et c’est ici qu’il voulait s’établir pour enseigner la musique. Il a ajouté dans la région, on grandit entouré de musique. Grande-Vallée et Petite-Vallée sont de bons incubateurs pour les futurs musiciens.

Il souligne d’ailleurs une nouvelle initiative à la Maison des Jeunes à Grande-Vallée. Karine Fournier a eu l’excellente idée d’acheter des instruments de musique. Julien est complètement séduit par l’idée d’offrir l’occasion aux ados qui fréquentent la Maison de « placoter » avec un instrument juste pour le plaisir. Il a déjà accordé les instruments et a hâte d’aller « jammer » avec les jeunes.

Musicien accompli, fort de sa formation classique sur un instrument que peu de personnes connaissent, le marimba, Julien est aussi un percussionniste et un joueur de guitare. Il a une

curiosité pour toutes les formes de musique, mais il m’a confié qu’il avait une prédilection pour ce qu’il appelle le métal folklorique, c’est-à-dire du métal inspiré de la musique traditionnelle québécoise.

Petit à petit, Julien se fait connaître comme professeur de musique. Il a déjà une demi-douzaine d’élèves qui viennent suivre chez lui des cours de guitare acoustique, électrique et de guitare basse, aussi bien que des cours de batterie. Sa philosophie de l’enseignement est que les cours ne doivent pas être des corvées. Les élèves progressent bien si l’apprentissage n’est pas ennuyeux. Ce sont donc les besoins des étudiants qui guident le cours. Julien ajoute que d’enseigner permet aussi au professeur de s’améliorer comme musicien. Lorsqu’on doit expliquer un nouveau concept à un élève, cela permet de mieux maîtriser soi-même ce concept, de découvrir des nouvelles façons de l’aborder.

Julien voit son avenir avec sérénité. Il a des projets musicaux en tête. En ce moment il travaille sur un projet appelé hivernation. Il serait aussi prêt à accueillir une dizaine d’étudiants de plus, car ainsi son temps pourrait être divisé harmonieusement entre son enseignement et ses projets de musique.

Le retour a été bon pour Julien. Et notre région est chanceuse de retrouver des personnes comme lui, engagées à contribuer au développement des jeunes et à redonner à leur communauté. Je laisse le dernier mot à Julien : « Les personnes les mieux qualifiées ne sont pas seulement les Gaspésiens qui reviennent chez eux ; les jeunes de partout qui viendront avec une éducation, une vision, de l’espoir et un sens intègre de la communauté contribueront aussi à notre vraie richesse en Gaspésie : notre accueil et nos gens ».

 

  • vidéo : Maison des Jeunes

    Karine Fournier
Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article