• DSC_0470.jpg?fit=6000%2C4000
  • DSC_0472.jpg?fit=6000%2C4000
  • DSC_0481.jpg?fit=6000%2C4000
  • DSC_0492.jpg?fit=6000%2C4000

Hommage à Jacques Pelletier

Dans No 07 - Septembre 2017. par

Cher Jacques,

C’est avec émotion et tendresse qu’au nom de tous les paroissiens et paroissiennes de Grande et Petite-Vallée que je te livre ces quelques mots empreints de reconnaissance et de gratitude.

D’abord merci, merci pour ta générosité, pour ton écoute, pour ta sensibilité, pour ton ouverture. Merci pour ta manière si particulière de raconter, d’expliquer la grande et complexe histoire de

Dieu permettant que l’on se sente complètement concerné.

Tu as mis ce grand talent que tu possèdes à notre disposition ; quiconque parmi nous a écouté tes enseignements n’a pu que se sentir accueilli.

Tu as été, tu es et tu seras toujours un pasteur généreux ; il faut l’être pour se placer à la portée de tous ; bien que tu possèdes de très nombreuses qualités, celle-ci est sans aucun doute la plus rayonnante de ta personnalité.

Quel bonheur de discuter avec toi, de travailler à tes côtés, d’œuvrer pour réaliser dans notre église de beaux et grands moments !

Quel privilège de côtoyer un homme de ta trempe ; assez près de ses émotions pour les vivre ouvertement en laissant couler ses larmes quand elles le gagnent !

Jacques, travailler avec toi a été formateur en ce sens que ça nous a permis d’apprendre à négocier. Nous étions souvent plus d’une tête dirigeante pour le même projet. Qui l’emporterait ? Moi ?

Elle ? Lui ? Eux ? Heu… Toi ? Oui toi ! Malgré le nombre de fois où nous avons perdu la partie, nous nous sommes inclinés et sommes demeurés à tes côtés, conscients de l’évidence de ton jugement et du plaisir de poursuivre ensemble.

Tu nous as aidés à croire ; tu as répondu à maintes interrogations et préoccupations ; c’est presque facile avec toi d’avoir la foi. Merci !

Tu nous as réconfortés ; tu nous as portés ; pour ça, nous le savons, il faut aimer, beaucoup aimer. Merci pour tout cet amour !

Heureusement, nous en avons de la chance, celle que tu demeures un des nôtres ; nous te perdons comme pasteur, nous acceptons que tu prennes cette retraite que tu mérites tant, mais Jacques, notre voisin, notre allié, notre complice, notre ami reste parmi nous ; ainsi, le cœur fait moins mal !

Demeure toujours l’être d’exception que tu es. Merci !

Avec toute notre affection,

Tes paroissiens et tes paroissiennes ! .

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article