Célébrations 175e anniversaire de Grande-Vallée

Dans No 05 - Juillet 2017. par

Allocution de madame Nathalie Côté, mairesse de Grande-Vallée

Jacques, Mesdames, Messieurs, jeunes et moins jeunes, bonjour.

C’est pour moi un plaisir, mais surtout un grand privilège de prendre quelques instants ce matin, pour rendre hommage à celles et ceux qui ont engendré notre belle et Grande-Vallée.

Nous sommes les dignes descendants de ces gens courageux et passionnés qui ont réalisé ce rêve. Le rêve permettant qu’une parcelle de la Gaspésie, logée entre monts et marées, qu’une terre indomptée, devienne un refuge d’accueil, un havre de paix et de beauté où il serait possible d’y naître, d’y vivre et d’y mourir paisiblement.

Ils étaient braves et fiers nos aïeux et dotés d’une foi inébranlable leur donnant la force de déplacer des montagnes et de s’inventer une meilleure vie.

Ils avaient foi en leurs capacités… de foncer, de résister, de persévérer et de réussir. 100 fois, 1000 fois,
1 million de fois, ils ont remis sur le métier leur ouvrage, sans jamais baisser les bras, sans jamais courber l’échine.

Ils ont défriché la terre, l’ont domptée à grands coups de sueur pour la domestiquer afin qu’elle devienne cultivable, ils ont planté des arbres nourriciers, ils ont construit des abris, des maisons, des étables, des écoles, des commerces, des ponts, un couvent, une église et tant d’autres choses encore…

Pour survivre et grandir, ils étaient conscients de toute l’importance de la solidarité, de la puissance de la bienveillance les uns envers les autres. Ils avaient le cœur à l’ouvrage et le cœur sur la main.

Mais ils n’étaient pas seuls, leur foi les accompagnait, les guidait, les soutenait, de l’angélus à l’angélus aussi vrai que le soleil illumine les jours, aussi vrai que les saisons se succèdent inlassablement depuis que le monde est monde.

Pour se nourrir, ils ont construit des bateaux et affrontant parfois, la pluie, le vent et de grandes tempêtes à bord, ils sillonnaient la mer pour récolter ce qu’elle a de meilleur.

Ils étaient des gens de mers et des gens de forêt, bûchant la forêt pour gagner leur vie et se réchauffer les jours de vent et de froidure.

Ils étaient endurants et entêtés, il faut l’être pour inventer un village.

Ils étaient travaillants et ingénieux, il faut l’être pour inventer un village.

Ils étaient fidèles et ambitieux, il faut l’être pour inventer un village et faire en sorte que les enfants de leurs enfants, de leurs enfants… y vivent encore après tout ce temps…

De l’aube au crépuscule, jour après jour, année après année, nos ancêtres ont ancré leurs racines dans les profondeurs de notre village tant et si bien qu’il est impossible de ne déraciner aucun d’entre nous encore aujourd’hui.

175 ans plus tard, la fierté est devenue notre bannière et notre attachement envers les nôtres est immuable et fait notre réputation.

Comme l’exprime si bien notre devise :  Le bonheur de vivre côte-à-côte à Grande-Vallée depuis 175 ans.

Que les célébrations entourant cet anniversaire vous animent de la même admiration et reconnaissance qu’elle suscite pour moi quand je pense à toutes celles et ceux qui nous ont précédés.

Je vous remercie et vous souhaite une agréable journée.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article