Réflexion

Dans No 03 - Avril-Mai 2017. par

« Le vrai signe de maturité est lorsqu’une personne vous fait du mal, et vous essayez de comprendre sa situation au lieu d’essayer de la blesser à son tour. »

ou ceci,

« Aime celui qui te fais du mal, comprends-le, même si tu n’en as pas envie. En ayant une réaction positive envers lui, qui est à l’inverse de celle qu’il désire te faire ressentir, tu le troubleras au point de le déstabiliser. De cette façon, tu lui tends la main et l’aides à se comprendre et peut-être l’amener à changer sa façon de vivre ou de voir les choses. »

Lorsqu’une personne a des ressentiments, peu importe envers qui ou quoi, l’émotion négative qu’il ressent ne fait que donner de la force au négatif pour et autour de lui. Atteignant ainsi tous ceux qui se trouvent près de lui. Sa vie, les sphères de sa vie s’ébranlent aux effets négatifs.

Est-ce vraiment cela que l’on désire 

Si on veut aider quelqu’un qui semble vouloir nous faire du mal, on doit lui donner l’envers du sentiment négatif qu’il projette. Il est dit :

« Ne vous opposez pas à celui qui est méchant  mais qui te gifle sur la joue droite, tourne aussi vers lui l’autre joue. » — Matthieu 5,39.

Cette parole signifie donc de toute évidence que, si un individu cherche par une claque, ou par une remarque mordante à en entraîner un autre dans un affrontement, celui-ci ne devrait pas rendre la pareille. Bien au contraire, il devrait tout faire pour que l’engrenage consistant à rendre le mal pour le mal ne s’enclenche pas. — Romains 12,17.

Ainsi par cette action en plus de freiner l’élan de « œil pour œil, dent pour dent », on met celui qui tente à faire du mal face à face avec ce qui a fait de lui, l’être qu’il est devenu, un être négatif en quête du meilleur, mais, qui ne possède pas la bonne poussée pour y parvenir  On le fait se confronter. Dans ce cas, c’est à nous de l’aider en donnant de nous-mêmes, en l’aimant malgré le mal qu’il peut exprimer à travers ses actions ou paroles.

De plus, rien ne sert de mettre à l’écart un être en besoin, un être qui tente à faire du mal aux autres. Au contraire, apprenons à le comprendre au lieu de le juger, car en jugeant on ne corrige pas, on amplifie l’état négatif de la situation et de plus, qui sommes-nous pour juger les autres? Il ne faut plus embarquer dans ce bateau, en quelque sorte.

Chacun vit avec ce qu’il a compris de sa propre expérience. Et en le comprenant, on peut très bien aider à corriger la faille, la défaillance en son être qui fait de lui une personne utilisant le négatif comme arme pour se donner du pouvoir face aux autres et face à lui-même.

Nul ne peut rester insensible devant la remontée de sentiments négatifs ressentis en soi. La preuve, nous lorsque l’on fait quelque chose de mal si minime soit-il, comment en soi on se sent mal  C’est parfois atroce, alors imaginons celui qui a fait beaucoup, mais beaucoup de mal autour de lui, comment peut-il se sentir  Et cela, ce n’est qu’une partie de sa punition et il y en a d’autres. N’oublions pas  On paye toujours pour nos mauvaises actions. L’important, est de comprendre notre vie passée pour mieux vivre celle qui s’en vient.

Un être qui souffre est un être en besoin, alors… Aidons-le à alléger leurs souffrances.

Réagissez à cet article