Nouvelles de Cap Madeleine

Dans No 03 - Avril-Mai 2017. par

Reconnaissez-vous cette jolie Dame 

Nous avons reçu des photos prises dans les années 1930, un voyageur qui passait par chez-nous l’été dernier, nous a laissé de très beaux clichés.

Nous aimerions bien pouvoir mettre un nom sur quelques-uns des personnages photographiés.

Melisole2@globetrotter.net

C’est comme cela que ça se passait en 1904

Le Mariage de madame Aimée Lemieux et monsieur Louis Venant Fournier, raconté par la mariée à la revue Histoire de la Gaspésie juillet-septembre 1967.

Mon mariage fût célébré dans la chapelle de Rivière -Madeleine, le 24 octobre 1904, et béni par le curé monsieur B. Beaulieu de Mont-Louis.

Mon mariage mérite d’être raconté. C’était le 24 octobre et il faisait un peu frisquet. Pour arriver à cette chapelle, il nous fallait traverser la rivière et attendre la marée basse, car il n’y avait pas de pont. En voiture, il fallait une sleigh, pour ne pas se mouiller. Il fallait bien s’installer les jambes sur le pare-boue de la voiture, retrousser ma robe longue et tenir la traîne avec la main pour ne pas trop l’abîmer. Pour aller, cela a très bien réussi. Mais au retour, la rivière était trop haute, nous les mariés, et monsieur le curé, il nous a fallu emprunter une embarcation, un flat. Les autres durent traverser les voitures avec les chevaux. Pour nous, nous étions en sécurité. Nous sommes allés prendre le déjeuner au phare de Cap Madeleine où monsieur François Sasseville était gardien. Étant un grand ami de mon père, il avait traversé lui aussi, en flat avec nous et nous avait invités. Les autres sont venus se joindre à nous, et ensemble nous avons repris la route pour revenir à Manche d’Épée où la noce s’est continuée. Tirée de la revue Gaspésie, janvier 1982, texte de Maxime St-Amour.

On peut lire dans le petit manuel de Géographie du cours élémentaire des Frères des écoles chrétiennes de 1876 en page 25, la question suivante : Quels sont les
principaux caps de la puissance du Canada 

Ce sont : le cap Des Rosiers, le cap de la Magdeleine et le cap Diamant, à Québec.’’

Notre phare est là depuis 1871, si on suit le fleuve en arrivant par l’Atlantique. Se pourrait-il, qu’il parle de notre cap Madeleine d’aujourd’hui, peut-on le prétendre .

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article