Qui connaît le dossier Haldimand au gouvernement du Québec ?

Dans No 08 - Octobre 2016. par

téléchargementJe suis surpris et déçu des déclarations qu’a tenues le ministre des Ressources naturelles et de l’Énergie à l’égard de l’exploitation des hydrocarbures en Gaspésie et plus précisément à l’égard de projet pétrolier Haldimand.

Questionné à l’Assemblée nationale sur l’absence de protection des baies de Gaspé, de La Malbaie et des Chaleurs au sein du projet de loi 106 portant notamment sur le contrôle de l’exploitation des hydrocarbures, le ministre Pierre Arcand a déclaré qu’« il n’y avait pas de permis qui avait été donné dans ce coin-là directement ». Cette déclaration inexacte m’a fait réagir considérant qu’il est connu de tous que des travaux d’exploration et d’exploitation des puits d’Haldimand près du centre-ville et de la Baie de Gaspé sont en cours depuis 2012.

Quand j’entends le ministre tenir de tels propos, ça m’inquiète parce que ça confirme que le gouvernement du Québec n’est pas informé de la complexité, de la fragilité et de l’importance du dossier Haldimand, et ce, même si plusieurs intervenants, dont la Ville de Gaspé, sont venus en commission parlementaire cet été pour confirmer les grandes préoccupations de la population à ce sujet.

Les permis d’exploitation pour le secteur Haldimand ont été délivrés en juin 2012 par le gouvernement Charest, à la veille de l’élection générale de septembre, et ce sans Études Environnementales Stratégiques (EES), ni BAPE. Comment expliquer que le titulaire du poste de ministre des Ressources naturelles actuel qui était également ministre de l’Environnement en 2012 lors de l’émission des permis fasse une telle déclaration erronée et ne soit pas au fait du dossier Haldimand, seul site pétrolier actuellement en opération en milieu habité au Québec ?

C’est extrêmement inquiétant. Qui est responsable au sein du gouvernement actuel de la santé et de la sécurité des citoyens et citoyennes de la ville de Gaspé ? Qui se préoccupe des éventuels impacts négatifs des activités pétrolières sur la Baie de Gaspé, des Chaleurs et de La Malbaie, trois plans d’eaux multiressources qui jouent un rôle majeur dans le développement socio-économique de la région (pêche, mariculture, faune, tourisme, etc.). Cette inquiétude est d’autant plus légitime compte tenu des récentes déclarations de la compagnie Pétrolia qui n’écarte pas avoir recours à la fracturation. Une opération à laquelle je réaffirme ma ferme opposition pour le projet Haldimand.

Réagissez à cet article