STE_MADELEINE_LOGO centenaire

100 ans, ça se fête!

Dans No 03 - Avril-Mai 2016. par

Présentation du président d’honneur par  Joel Coté, maire de la municipalité.


sebastien100 ans, ça se fête !
De 1916 à aujourd’hui, la municipalité de Madeleine a connu une histoire riche en événements de toute sorte. Des événements à la fois tragiques et à la fois porteurs d’espoir et d’histoire. 100 ans, c’est aussi l’occasion de souligner l’histoire des familles qui se sont établies et prospérées à Madeleine. Ces pionniers qui sont venus ici, suivant la morue l’été et les chantiers forestiers l’hiver, ont défriché la terre, construit routes et maisons et enraciné, ici, les premières graines de la présence canadienne-française en Haute-Gaspésie.

100 ans, c’est aussi le temps de faire le point. De regarder un peu en arrière pour mieux comprendre notre aujourd’hui et planifier notre demain. Oui, en regardant en arrière, nous apercevons ce que certains ont appelé le « rêve brisé » du développement industriel au Grand-Sault. Démarrée au début du siècle, la chaudière de l’usine de pâte et papier du Grand-Sault s’est éteinte au cœur des années de la Grande dépression des années 30. Coup dur vous direz, peut-être, mais il ne faut pas oublier que sur ses vestiges, nous avons construit la passe migratoire souterraine la plus longue au monde ! Une rivière à saumon de plus de 300 kilomètres existe toujours et permet à ces amateurs sportifs de pratiquer leur passion sous la supervision des gens d’ici.

En regardant autour de nous, Madeleine possède des particularités que nous ne retrouvons pas ailleurs. Bien sûr, il y a la rivière et ses attraits et son histoire, il y a aussi le vent avec ses éoliennes, la mer avec son Cap à l’ours, ses terres avec ses champs et son agriculture, ses maisons centenaires et ses nombreux hôtels, mais il y a surtout, surtout ses habitants !

Victor Hugo disait « nous avons beaucoup moins de voisins dans une ville que dans un village ». Tous se connaissent ici. Il n’y a pas d’inconnu ni de barrière de langue ou de culture. Il n’y a des limites que celles que nous acceptons de nous donner. Et ces mêmes limites ne doivent pas être des freins, mais plutôt des objectifs à atteindre. Regarder autour de vous, vous y verrez votre passé et votre présent. Maintenant, regarder devant vous, vous y verrez un autre 100 ans d’histoire à laquelle vous êtes toutes et tous conviés.

Bon 100e ! .

1 commentaire

Réagissez à cet article