L E V O I S I N

Dans No 10 - Décembre 2015. par

Dehors, le vent d’esse souffle furieusement. Les bûches s’enflamment. La cheminée rougit.
Une chaleur enveloppante envahit la shop à Jean-Pierre. Faiseux de petits bateaux de Pointe-Frégate.

Impassible. Précis. Sans faille. Jean-Pierre modèle inlassablement les mêmes gestes. Humblement, le
cèdre se laisse tailler et amincir par des mains délicates…..   à la recherche de la perfection.
Quinze heures. Le temps s’arrête. Prend la pause. Autour du poêle, soupire le bercement des
vieilles chaises. Les hommes causent du chemin de la colonie et de la pêche dans les lacs
de l’arrière-pays.

             Assis sur sa bûche. Les coudes appuyés sur le bord de son établi, le maître de céans sourit
béatement.  On dirait  bien qu’il a fait un mauvais coup. Et qu’il en ait très fier…
Jean-Pierre aime taquiner. Et  pas seulement la truite. Attachant et inquiétant. Ses pirouettes
d’humour surprennent. Étonnent. Déstabilisent. Mais on en redemande.
Seize heures. On ferme! Les p’tits bateaux peuvent bien attendre jusqu’à demain.
La shop à Jean-Pierre, un lieu de rencontres feutrées. Animées de personnages colorés, que le
maestro  orchestre subtilement.

Le voisin. Un être mystérieux bercé de symphonie et de brise marine
Ses amis ont les pieds dans les champs et la tête au grand vent
Prudents mais fascinés, mêmes les animaux osent l’approcher  tout en douceur.

LE VOISIN   UN AMI   UN GRAND-DUC   QU’ON N’OUBLIE PAS

Parez à virer
La voilure du bluenose chante sous le vent
bon voyage Jean-Pierre!

Réagissez à cet article