L’industrie et les Gaspésiens et Gaspésiennes victimes des coupes budgétaires du gouvernement Couillard dans le réseau routier de la région

Dans Décembre 2015. par

« En plus du réseau ferroviaire, propriété du ministère des Transports du Québec, qui ne propose plus le service de DSC_3052trains de passagers et de marchandises, voilà maintenant que la route 132 dans le secteur de Hope Town ne permet plus au trafic lourd de circuler afin de répondre aux besoins de l’économie gaspésienne. Faute d’entretien adéquat, le pont reliant les municipalités de Hope Town et Saint-Godefroi ne permet plus, depuis quelques semaines, le transport régulier des marchandises » a déclaré le député de Gaspé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement régional, pêcheries, pour le Conseil du trésor et responsable de la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, Gaétan Lelièvre.

Comme conséquence, c’est notamment une partie des marchandises nécessaires au chantier de la cimenterie de Port-Daniel qui doivent faire un long détour par le secteur de Gaspé pour se rendre sur le site. « Également, l’industrie forestière et les producteurs de bois sont lourdement pénalisés, car les charges de bois doivent être réduites de façon importante, ce qui résulte en l’augmentation substantielle des coûts de transport. Plusieurs autres entreprises sont également affectées par cette problématique » a ajouté le député de Gaspé.

Sans remettre en question la notion de sécurité, le député de Gaspé s’interroge : « Pourquoi une voie de contournement n’a-t-elle pas été mise en place rapidement afin de diminuer les impacts de la limitation de charges sur ce pont ? Comment se fait-il que le ministère des Transports du Québec ne soit toujours pas en mesure de confirmer la nature et les échéanciers des travaux requis sur ce pont ? La route 132 est stratégique et vitale pour les Gaspésiens. C’est la principale voie de transport accessible en région. Le gouvernement du Québec ne semble pas connaître les réalités de la Gaspésie » a-t-il affirmé.

Cette situation et d’autres de même nature sont malheureusement à envisager de façon fréquente dans le futur, en raison de la diminution de près de 50% du budget d’entretien du réseau routier gaspésien au cours des cinq dernières années ne peut faire autrement. « D’un budget de 84 M$ en 2013, le gouvernement libéral actuel a diminué celui-ci à 54 M$ pour l’exercice 2015-2016. Le ministre des Transports, M. Robert Poëti, et le ministre responsable de la région, M. Jean D’amour, doivent s’assurer que des mesures immédiates soient mises en place afin que la situation du transport des marchandises en Gaspésie revienne à la normale » a conclu le député de Gaspé.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article