De toutes les souffrances… – Sonia Dufresne

Dans No 09 - Novembre 2015. par

12166405_10205248176553108_1608068466_n

NOUS, en réalité, on n’a pas toujours besoin d’une tierce personne pour se briser le cœur. On peut très bien réussir cet exploit seul.

Quand tu écoutes ta tête, tu soulages ton entourage en acquiesçant à ses désirs. Tu accrois ta responsabilité auprès des autres, mais tu oublies que tu existes. La valeur que tu prends te vient de celle que les autres veulent bien t’accorder, elle n’est pas ta vraie valeur.

Quand tu écoutes ton cœur, par contre, tu soulages ta conscience en acquiesçant à TES désirs à toi et tu accrois ta responsabilité envers toi-même et là tu te souviens de qui tu es et de ce que tu vaux réellement. Ta réelle valeur s’accroîtra aux yeux des autres avec le temps.

De toutes les souffrances qui peuvent exister, la plus grande est celle que l’on s’inflige soi-même. En se laissant de côté.

On s’autodestruire et le pire, c’est que l’on se fait croire que cela ne vient pas de nous, mais bien des autres ou de la vie. Parfois « la vie », elle a le dos large celle-là. Et pourtant cela ne vient pas d’elle, mais de nous. Regardons en nous, et prenons conscience de comment nous, on se prive de ce que l’on désire pour soi…

Faut pas oublier que, sans nous, on n’est rien d’autre qu’un sosie… Rien d’autre et par le fait même on ne peut valoir réellement quelque chose. Permettons-nous de n’être que soit avec notre cœur et ce qu’il y a à l’intérieur, de l’amour pour les autres, oui, mais beaucoup d’amour pour soi également.

Et ça, il ne faut pas l’oublier sinon c’est la déroute totale de notre être, car c’est là que l’on se brise le cœur soi-même et personne ne peut soulager cette douleur ressentie à part nous quand on en prend conscience. Parfois c’est long et, malheureusement pour certains, parfois cela n’arrive jamais. Ce qui n’est pas souhaitable pour eux, car ils se privent de bien beaux sentiments. Ils se privent d’être heureux pour le vrai et pas que pour les autres, mais pour eux également.

Nous sommes tellement, mais tellement importants. Il nous faut en être conscient pour que tous s’éveillent et puissent vivre vraiment heureux leur vie. La seule que nous ayons à vivre ici et maintenant, la nôtre.

Réagissez à cet article