Défi têtes à prix Une première dans l’Estran! – André Lemieux

Dans No 07 - Septembre 2015. par

imagesAndreLemieux (1)Le 17 octobre, venez poser un geste de solidarité !
Pour ceux et celles qui veulent se faire raser à titre individuel, vous devez vous inscrire et vous devez récolter un minimum de dons de 100 $.

Pour ceux et celles qui veulent se faire raser au nom d’un groupe, vous devez vous inscrire et vous devez récolter un minimum de dons de 500 $.

Pour vous inspirer, voici quelques exemples de groupe : groupe d’amis, groupe d’une même famille, groupe de camionneurs, groupe de chasseurs, équipe de balle, groupe de billard, groupe de musiciens, équipe de hockey, groupe de policiers, groupe d’ambulanciers, groupe de collègues d’une entreprise, d’un commerce, d’un organisme communautaire, d’un établissement de santé, d’une école, etc.). Laissez aller votre imagination !

Par exemple, mettez votre tête à prix en lançant un défi financier à votre employeur ! Vous levez 250 $ auprès de vos collègues et vous défiez votre employeur d’en mettre autant sur la table, sinon plus, en doublant la mise !

Faites vite, faites-nous signe rapidement si possible d’ici le 1er octobre. Inscrivez-vous directement sur le site web de l’ACEQ ou communiquez au 1 800 463-0806.
Allez, pour une première dans le secteur (Cloridorme, Petite-Vallée, Grande-Vallée et Ste-Madeleine), démontrer votre appui à vos proches qui combattent en douceur en faisant sauter la cagnotte !

Puisqu’un beau jour, pour chacun d’entre vous, plus rien ne sera pareil !

Pour ceux et celles qui souhaitent donner, sans se faire raser, vous pouvez le faire en tout temps d’ici le 17 octobre via le site web de l’ACEQ en encourageant votre tête d’affiche ou en communiquant avec votre tête d’affiche.

Votre tête d’affiche, André Lemieux
« Natif de Grande-Vallée et revenu y résider depuis une dizaine d’années tout comme ses trois sœurs cadettes, André travaille au développement de son coin de pays. Détenteur d’un doctorat en développement économique local et convaincu que son milieu de vie trouvera les moyens de se détacher de sa morosité, André milite pour sa revitalisation, pour sa prise en main. Il accompagne des territoires en difficulté dans leurs démarches de développement. Pour y arriver, il faut sortir des sentiers battus. L’environnement économique est en perpétuel changement et nous devons s’y adapter pour gagner. Plus rien n’est pareil, il faut changer et revoir nos façons de faire ! André tente d’imprégner une nouvelle philosophie d’intervenir dans le développement de son milieu : établir une vision claire de notre futur et se donner les moyens de l’atteindre. Ceci passe nécessairement par une mobilisation, une prise en charge locale et une volonté collective de ses habitants à initier des projets porteurs et rassembleurs. C’est une question de vision et de leadership collectif !

Pourquoi poser ce geste et prendre cette responsabilité ? Depuis le 23 juin 2014, personnellement, plus rien n’est pareil. Le 23 juin 2014 a changé le cours de ma vie, ma philosophie de vie. Depuis, plus rien n’est acquis. L’annonce du diagnostic à ma petite sœur Dominique a tout changé. Tout est maintenant plus fragile. Je ne vois et je ne verrai plus les choses de la même façon. Appréciez le moment présent et vos proches, ils sont si chers. Mon temps est maintenant plus précieux qu’il l’était auparavant. Étant l’aîné de la famille, je devais servir de modèle, de tracer le chemin. Depuis, c’est l’inverse. Dominique, la dernière de la famille est devenue mon modèle, notre modèle, notre chemin. Depuis, j’apprends, je m’inspire de Dominique. La force qu’elle dégage, qu’elle déploie tout en douceur. Inquiet, elle me dit : «tu sais André, la vie continue !”. L’admiration qu’elle suscite. Les leçons de vie qu’on en retire qui curieusement apaisent la tristesse qui m’habite, qui nous habite. Sa vision du monde est devenue la mienne, la nôtre. J’ai maintenant de nouvelles priorités de vie, une Nouvelle adresse ! Avant le 23 juin 2014, tout était tranquille, tout était acquis, sans souci du lendemain. Depuis, plus rien n’est pareil ! Savourons chaque jour ! Voici pourquoi je pose naturellement ce geste, cette responsabilité de tête d’affiche. Allez, comme votre temps est précieux, donnez généreusement pour la cause. Pour le réconfort, pour le soutien, pour l’accompagnement de nos proches qui combattent en douceur ! Pour les leçons de vie ! Puisqu’un beau jour, pour chacun d’entre vous, plus rien ne sera pareil !».

Réagissez à cet article