Le Conseil de l’eau et ses partenaires en action cet été dans l’Estran par Thierry Ratté, conseiller en environnement

Dans No 05 - Juillet 2015. par

3ztBjo51

Depuis le début de la saison estivale, le Conseil de l’eau du Nord de la Gaspésie (CENG) et plusieurs de ses partenaires s’activent dans les bassins versants de l’Estran. Les différentes initiatives entreprises dans le secteur ont des objectifs variés allant de l’acquisition de connaissances à la protection et la mise en valeur des écosystèmes liés à l’eau (soit les milieux aquatiques, humides et riverains). Ainsi, ces actions contribuent à la réalisation d’actions ciblées par le Plan directeur de l’eau (PDE) du nord de la Gaspésie.

Voici une brève description des projets déjà réalisés cet été ou prévus dans les semaines à venir dans le secteur de l’Estran.

Revégétalisation d’une bande riveraine de la rivière Grande-Vallée
Le 13 juin dernier, dans le cadre du projet J’adopte un cours d’eau de l’école Esdras-Minville, quatre élèves ont contribué à l’amélioration d’une portion de bande riveraine de la rivière Grande-Vallée. Assistés par le personnel de l’école responsable du projet (messieurs Dany Brousseau et Marc-André Lachance) et par le CENG, ils ont planté 90 arbres et arbustes dans le secteur du Verger d’Antoine ; un terrain municipal où la végétation riveraine nécessitait un élargissement pour remplir son rôle écologique.

Mis à part le CENG et le G3E pour le programme J’adopte un cours d’eau, cette initiative de l’école Esdras-Minville a été rendue possible grâce à la Caisse populaire Desjardins Mer et montagnes et à la municipalité de Grande-Vallée.
Caractérisation du milieu humide de La Commune à Cloridorme

Sur quatre jours répartis du 18 au 23 juin dernier, deux membres de l’équipe du CENG ont procédé à des travaux de caractérisation du milieu humide de La Commune située à l’embouchure de la rivière du Grand Cloridorme.

Concrètement, treize (13) stations réparties dans le milieu humide ont été caractérisées au niveau de leur végétation et de leur sol. De plus, quelques stations d’écoute d’oiseaux et d’amphibiens ont été réalisées afin d’avoir un portrait sommaire de l’occupation faunique de cet habitat.

Dans les prochains mois, les données de caractérisation seront analysées et présentées dans un rapport. Avec ces nouvelles connaissances sur le milieu humide de La Commune, ce dernier pourra être mis en valeur par la municipalité de Cloridorme qui possède déjà une passerelle dans ce secteur.
Suivi de l’algue didymo dans les rivières Madeleine et Grande-Vallée

Le 15 juillet dernier, des échantillons ont été prélevés dans les rivières Madeleine et Grande-Vallée afin d’y détecter la présence ou non de l’algue Didymosphenia geminata, communément appelée algue didymo. Ayant fait la manchette au cours des dernières années, cette algue peut proliférer de manière abondante dans les cours d’eau de la région en formant des amas ou des tapis potentiellement nuisibles pour l’écosystème aquatique d’où l’importance de son suivi.

Concernant aussi les rivières à saumon de Gaspé, Sainte-Anne-des-Monts et Cap-Chat, ce projet comporte deux volets complémentaires. D’abord, les échantillonnages effectués dans l’eau et sur des roches du lit des cours d’eau serviront à vérifier s’il y a des cellules de l’algue didymo dans les rivières testées (les résultats seront disponibles plus tard cette année). De plus, un transfert d’expertise vers les organisations locales actives dans chaque rivière permettra d’effectuer un suivi des proliférations de cette algue diatomée.

La réalisation de ce projet est sous la responsabilité du Conseil de Gestion du Bassin Versant de la Rivière Restigouche (CGBVRR) par l’entremise de Carole-Anne Gillis, directrice scientifique de cet organisme et doctorante à l’INRS-ETE, étudiant, la problématique de l’algue didymo depuis plus de cinq ans. Vincent Laderriere, stagiaire à l’INRS-ETE, prend également part à ce projet au niveau de la collecte des échantillons et de l’analyse en laboratoire de ceux-ci. Ce projet a été rendu possible par une contribution financière du Fonds EAU Nord Gaspésie du CENG.

Caractérisation des bandes riveraines des lacs au Diable et Jimmy

D’ici les prochaines semaines, le CENG se rendra également dans l’arrière-pays de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine afin de procéder à la caractérisation des bandes riveraines des lacs au Diable et Jimmy ; deux magnifiques plans d’eau dédiés à la villégiature et la pêche. Grâce aux données obtenues, il sera possible de valider si certaines portions riveraines sont problématiques et peuvent contribuer à détériorer la qualité de l’eau de ces lacs. Si tel est le cas, des solutions pourront alors être proposées aux villégiateurs et à la municipalité afin de remédier à la situation.
Mentionnons que cette initiative est rendue possible par l’entremise d’une enveloppe en provenance du programme Opération bleu vert financé par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et gérée par le Regroupement des Organismes de Bassins Versants du Québec (ROBVQ).

Vous désirez en apprendre plus sur le CENG et ses actions ?
Si vous voulez en savoir plus sur le CENG et que vous êtes intéressé(e)s par nos projets, n’hésitez pas à consulter notre site web au www.conseileaunordgaspesie.ca ou à communiquer avec nous par téléphone au 418-797-2602 ou par courriel à direction@conseileaunordgaspesie.ca.

Réagissez à cet article