Bilan du ministre Jean D’Amour en France – Un accueil favorable à la stratégie maritime et la création d’un institut maritime franco-québécois à Rimouski

Dans Mars 2015. par

images

Le ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime, ministre responsable des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, M. Jean D’Amour, dresse un bilan positif de sa participation à la mission en France du premier ministre du Québec, à l’occasion de la 18e rencontre alternée des premiers ministres québécois et français. Le ministre a notamment profité de sa présence en Europe pour promouvoir, auprès d’élus et de gens d’affaires français, les possibilités de déploiement de la toute première stratégie maritime du Québec.

Cette mission a également été l’occasion pour le premier ministre, M. Philippe Couillard, d’annoncer, au côté de son homologue français, M. Manuel Valls, la création d’un institut maritime franco-québécois à Rimouski, une nouvelle dont se réjouit M. Jean D’Amour : « Cette entente favorisera la mise en commun de l’expertise des chercheurs français et québécois en sciences de la mer. J’envisage déjà une collaboration efficace qui nous permettra d’amener notre compréhension du domaine maritime à un autre niveau. »

Le passage du ministre délégué dans la République française lui a également permis de s’entretenir avec des experts en sécurité maritime et des intervenants passionnés du domaine, qui ont, tout comme le Québec, à cœur un développement sain de l’industrie : « Que ce soit par mes entretiens avec la secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, Mme Annick Girardin, ou avec le secrétaire d’État en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, M. Alain Vidalies, j’ai été en mesure de promouvoir notre conception du Québec maritime de demain et d’être à l’écoute de la vision et des projets de nos homologues français. La France bénéficie d’une expertise poussée quant aux enjeux liés au monde maritime. La sécurité demeure une priorité pour notre gouvernement, et c’est pourquoi il est tout naturel pour moi de rencontrer des experts en la matière pour partager nos connaissances sur cet enjeu important. »

Pour conclure, le ministre s’est dit enthousiaste quant aux futures collaborations entre le  Québec et la France : « Au terme de cette mission, il m’apparaît clair que les élus et les gens d’affaires français ont les yeux tournés vers le Québec dans l’attente du dévoilement de notre stratégie maritime. En temps opportun, nous serons à leurs côtés afin de développer des partenariats dont bénéficieront nos deux nations. »

SOURCE Cabinet du ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime

Réagissez à cet article