«L’écho-aidant» – Anne Minville, intervenante CAB et point de service Alzheimer /Estran /SAGÎM 418-393-2689

Dans Articles. par

EA

« Les 72 % »
Même si le mois de janvier est maintenant derrière nous, je ne peux passer sous silence ce mois de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer qui s’est articulé, cette année, autour du thème « Les 72 % ». Que signifie ce thème ? Au Canada, 72 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont des femmes ! Au Québec, on estime que 68 % des personnes atteintes de la maladie sont des femmes. Et les femmes sont doublement concernées par la maladie d’Alzheimer ! La prévalence de la maladie est plus élevée parce que leur espérance de vie est plus grande et elles sont plus nombreuses à assumer le rôle de proche aidante auprès d’une personne atteinte.

De nos jours, les femmes ont une vie très active et bien remplie. Lorsqu’elles doivent également composer avec le rôle de proche aidante, leur propre santé et leur bien-être sont trop souvent compromis. Il est important pour les femmes de plus de 40 ans de s’informer sur les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer et sur la santé du cerveau. « Vous êtes invitées à communiquer avec l’intervenante de votre point de service si vous vous inquiétez pour votre propre santé cognitive, si vous venez de recevoir un diagnostic de la maladie d’Alzheimer ou si vous prenez soin d’une personne qui en est atteinte. Nous pouvons vous soutenir tout au long de la maladie », déclare Bernard Babin, directeur général de la SAGÎM.

À ce jour, aucun médicament ne peut enrayer la maladie d’Alzheimer; cependant, des avancées scientifiques exceptionnelles font naître de grands espoirs quant à la possibilité de repousser la maladie et ses effets. Par exemple, le Dr Judes Poirier et son équipe (institut Douglas/Montréal) ont réussi à isoler une variante de protection (gène), un « Ange gardien “contre la maladie d’Alzheimer présent chez 20 à 25 % de la population québécoise. Ce sont 25 ans de travaux assidus et acharnés qui ont mené à cet important dénouement et la prochaine étape consiste à réussir à ‘mimer’ cette protection naturelle via un médicament. Le simple fait de reporter de 4 à 5 ans l’apparition de la maladie chez un individu réduirait de 50 % le nombre de cas en une seule génération. (Voir Québec Sciences/janvier-février 2015).

Le diagnostic précoce demeure donc encore le meilleur outil à votre portée pour prendre vos propres décisions, planifier votre avenir et bénéficier des médicaments actuels qui peuvent mettre un frein, pendant quelques années, au premier cycle de symptômes. Il faut être particulièrement sensibles aux signes précurseurs courants de la maladie d’Alzheimer: perte de la mémoire, altération du jugement, de la pensée et du raisonnement, changements de personnalité et de comportement. En plus de l’âge, les autres facteurs de risque comprennent les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension et le tabagisme.

Visiter les www.alzheimer.ca/les72pourcent et www.diagnosticprecoce.ca, pour connaître les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer, comprendre les avantages du diagnostic précoce et préparer votre visite chez le médecin.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article