Vie municipale

Dans No 09 - Novembre 2014. par

Impact du Pacte fiscal transitoire sur le budget 2015

Récemment, le gouvernement du Québec annonçait un pacte fiscal transitoire se traduisant par des coupures de 300 millions $ dans les transferts aux municipalités pour 2015. Concrètement, deux compressions majeures contenues dans ce pacte fiscal affecteront particulièrement les prévisions budgétaires de la municipalité en 2015.

En premier lieu, mentionnons la diminution du taux de remboursement de la TVQ qui passe de 62,8 % en 2014 à 50 % en 2015, ce qui correspond à une perte de revenus évaluée à 10 000 $ pour la municipalité. Rappelons que l’année dernière, un changement dans la façon de calculer le remboursement de cette taxe aux municipalités avait déjà entraîné une perte de revenus d’environ 50000$ en 2014. On parle donc de 60 000 $ de moins annuellement dans les coffres de la municipalité en deux ans.

Deuxièmement, une diminution dans les compensations tenant lieu de taxes pour les immeubles parapublics (le CLSC et les deux écoles dans le cas de Grande-Vallée) cause également une perte de revenus évaluée à environ 14 000 $ pour 2015. Après un exercice budgétaire déjà difficile en 2014, celui de 2015 nécessitera également toute une gymnastique.

Aide financière en provenance du Pacte rural pour un projet récréotouristique

En octobre dernier, une aide financière en provenance du programme Pacte rural 2014-2024 nous a été accordée afin de développer un projet récréotouristique porteur pour la municipalité. Cette subvention d’un montant de 38 500 $ servira à couvrir les frais de contractuels ou de firmes d’expert qui auront à travailler sur un concept d’interprétation de la Bataille du Saint-Laurent. Cet événement historique méconnu s’est déroulé au large de nos côtes durant la Deuxième Guerre mondiale et a causé le naufrage de nombreux navires, dont le Frederika Lensen. À cet effet, la municipalité juge que cette partie de notre histoire mérite d’être mise en valeur dans notre milieu, et ce, tant au niveau touristique qu’au niveau culturel.

La somme allouée sera donc investie dans l’élaboration du projet, et dans la réalisation de certains plans et devis nécessaires aux phases de réalisation subséquentes. Mentionnons que 23 500 $ issus de l’octroi sont applicables aux honoraires d’André Lemieux, conseiller en développement territorial et chargé de projet pour le compte de la municipalité.

Plus de détails quant à l’essence et aux finalités de ce projet récréotouristique vous seront communiqués ultérieurement.

Bonne vitalité sociale pour la municipalité

À l’instar des autres municipalités québécoises, Grande-Vallée fut invitée au cours des dernières semaines à compléter un sondage afin d’évaluer la vitalité sociale de son milieu. Le questionnaire, développé conjointement par le Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) et la chaire de recherche du Canada en développement rural de l’UQAR, a pour mission de permettre aux communautés d’autoévaluer leur indice de vitalité selon différentes dimensions d’analyse : la participation sociale, l’engagement civique, les réseaux de sociabilité et de soutien social, la confiance, la sécurité ainsi que l’aspect d’appartenance, d’identité et de fierté.

Plus précisément, ce sondage comportait plus de soixante-dix questions auxquelles était associé un système de pointage, permettant ainsi d’établir l’indice de vitalité sociale de la communauté. Pour Grande-Vallée, la cote obtenue suite au parachèvement du questionnaire est de 414.3, ce qui nous donne un indice de « bonne vitalité ». À titre comparatif, les localités ayant obtenu une cote plus élevée ou égale à 425 ont une très bonne vitalité, alors que celles récoltant un pointage situé entre 250 et 349 ont une vitalité moyenne.

L’analyse de ce résultat nous porte à croire que le bilan social de notre collectivité est relativement bien. Les données recueillies dressent un portrait favorable de la mobilisation citoyenne, des pratiques de loisir existantes, des mesures de développement en place, ou encore du sentiment d’appartenance des villageois à la communauté.

Fermeture de l’écocentre pour la saison hivernale

En raison du faible achalandage de l’écocentre en période hivernale et des coûts importants associés à son déneigement, la municipalité a pris la décision de fermer cette infrastructure à compter du 1er décembre prochain, et ce, jusqu’au printemps 2015. La date de réouverture vous sera communiquée ultérieurement.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article