12 jours d’action pour l’élimination de la violence faite aux femmes – Les travailleuses du Regroupement.

Dans Novembre 2013. par

img4dad96c4eb812

Chaque année, le Regroupement des Femmes de la Côte-de-Gaspé attire votre attention sur la commémoration de la tuerie à l’École Polytechnique qui faisait 14 victimes, toutes des jeunes femmes, et qui a ouvert la porte aux revendications antiféministes.

L’antiféminisme ordinaire, voilà ce qui dans notre société actuelle, est dangereux. Pourquoi ?

Parce qu’il se cache dans des phrases anodines et que chez les jeunes, le discours du féminisme qui est allé « trop loin » et dont « tous les droits ont été acquis au détriment des hommes », est intégré.

  • Parce que depuis plusieurs années, les discours antiféministes remettent en cause la spécificité de la violence envers les femmes : elles seraient aussi violentes que les hommes, qu’il s’agisse de violence physique, psychologique, verbale, économique et, même, sexuelle. C’est FAUX.
  • Parce qu’on accuse les féministes d’exagérer le grave problème de violence envers les femmes. La violence sous toutes ses formes est banalisée. Elle est de moins en moins visible parce qu’on évacue cette consternante réalité.
  • Parce que ce discours nie les inégalités, et allègue que l’égalité est atteinte entre les femmes et les hommes.

Pour contrer ce préjugé d’une égalité acquise, une campagne nationale de 12 jours d’action pour l’élimination de la violence faite aux femmes a été mise sur pied. Elle débute le 25 novembre et se termine le 6 décembre.

La campagne de cette année a pour thème : «Les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont des femmes.  Nier les INÉGALITÉS met les femmes en danger».

Voici quelques chiffres :

  •  Dans les cas déclarés à la police, plus de 80% des victimes d’agression sexuelle sont de sexe féminin et 98% des agresseurs sont de sexe masculin.
  • Au Québec en 2011, les données policières montrent que les femmes forment 81% des victimes totales de violence conjugale et la majorité pour chaque catégorie d’infractions :  les agressions sexuelles (99%),  les séquestrations (98%),
    les enlèvements (94%) et les homicides (92%).
  •  Les différences les plus marquantes se situent au niveau des actes de violence les plus graves. Parmi les femmes victimes, 25% ont été battues, 20% d’entre elles ont failli être étranglées, 13% ont été menacées d’une arme et 20% victimes d’agression sexuelle.
  •  Chez les hommes, les pourcentages respectifs sont de 10, 4, 8 et 3%. Le constat  est vite fait.

Qui plus est, certaines femmes sont encore plus vulnérables face à la violence.  Par exemple :

  • Plus de 75% des jeunes filles autochtones âgées de moins de 18 ans ont été victimes d’agression sexuelle.
  • Une Québécoise sur 7 risque de subir de la violence, mais une Autochtone sur 3 le risque aussi.
  • Il est reconnu que les femmes sont les principales victimes de la traite des personnes et que cette dernière sert principalement à alimenter le marché de l’exploitation sexuelle.

Nier l’existence de cette violence sexiste, c’est nier la réalité d’innombrables femmes et filles qui en sont victimes,  c’est nier la peur vécue par l’ensemble des femmes et des filles, c’est nier que, tant que cette violence subsiste, on a tort de croire que la société a atteint une réelle égalité entre les sexes.

Le Regroupement des Femmes de la Côte-de-Gaspé fait, sur toute l’année, partie intégrante de cette campagne et vous rappelle que le centre peut être une ressource si vous êtes dans le besoin.

Parce que le silence est une forme de négation, et que nier les inégalités met les femmes en danger. La Campagne des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence faite aux femmes offre une très bonne occasion de dénoncer et d’agir concrètement contre cette violence. Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait, nous comptons sur vous ; ne nous laissons pas influencer par l’antiféminisme ordinaire et restons mobiliséEs !

Féministement vôtre,

Les travailleuses du Regroupement.

rdf_small

 Regroupement des Femmes de la Côte-de-Gaspé

1-189, rue Jacques-Cartier

Gaspé, (Québec), G4X 2P8

Tél : 418. 368-1929  Fax : 418. 368-1449

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article