Notre Église a 50 ans ?

Dans No 01 - Février 2011. par

Les Fêtes du 175e se terminent… C’est un succès sur toute la ligne.

Fin octobre 2010, 20 personnes amoureuses du chant se réunissent une fois par semaine pendant 2 heures afin de préparer la messe du 24 décembre, 50e messe de Noël à être renouvelée depuis que Monsieur le Curé Wilfrid Provencher a célébré pour la première fois dans cette immense enceinte bondée à craquer.

Pascal Côté s’est offert pour nous accompagner dans les pratiques et la réalisation de cette fête à laquelle assisteront environ 600 croyantes et croyants. À l’orgue, nous retrouvons M. Serge Côté et la chorale est dirigée par votre humble serviteur et Pascal.

Dès 21 h 30, Mmes Yvonne Bernatchez et Agatha Cabot retracent avec éloquence l’histoire des nos prédécesseurs, de la préparation des maisons, des rencontres de l’Ancien Temps, des souvenirs émanant d’avant Noël jusqu’à la fête des Rois. Aujourd’hui, on fait mémoire de la Messe de Minuit suivie de la messe de l’aurore. À travers ces récits qui nous replongent dans une époque déjà lointaine, des chants viennent agrémenter le tout, que ce soit : Venez Divin Messie, la plus belle nuit du Monde, sans oublier le toujours attendu et apprécié Minuit Chrétiens. Puis, la célébration commence avec la salutation de M. Gérald Henley et la chorale qui poursuit sur sa lancée.

À la proclamation de l’Évangile, trois personnages font leur entrée par l’allée centrale alors que la chorale entonne Les Anges dans nos campagnes :

Marie-Pier Synnett, Réjean Côté et Abigaël personnifiant la Sainte-Famille.

Rappelons ici que Marie-Pierre et ses parents, Vincent et Pierrette, ont aussi représenté la crèche vivante il y a 25 ans. Comme vous pouvez le constater, l’histoire parfois se répète tout en étant toujours nouvelle. Un peu plus tard, nous entendrons Adeste Fidèles, Sainte Nuit, et Pascal enchantera les fidèles avec l’Ave Maria de Schubert et la fête de reconnaissance se terminera avec les traditionnels souhaits de Joyeux Noël et un chant sans doute parmi les plus populaires : il est né le Divin Enfant.

Autrefois, on adressait des cartes de vœux à l’occasion de Noël, aux parents et amis. De plus, dans les maisons, le sapin de la forêt garnissait le coin de chaque salon et c’était le père de famille ou les gars qui avaient eu soin d’aller chercher le plus beau sapin possible. Après les messes de la nuit de Noël, les enfants avaient hâte de découvrir les merveilles cachées dans les bas de Noël. Les familles festoyaient autour d’un traditionnel réveillon avec pâtés à la viande, la dinde, les rôtis de porc, les desserts variés sans oublier les « P’tits blancs » qu’on dégustait avec joie, qu’ils viennent de fabrication domestique ou qu’ils soient arrivés par la poste.

Durant son homélie, notre pasteur, M. Henley ne manque pas de souligner la foi qui a habité nos prédécesseurs et qui leur a permis de bâtir un temple aussi beau que celui dans lequel nous nous retrouvons en ce Noël 2010.

Gérald Henley, curé de Cloridorme

Toutes ces traditions ont été remplacées par d’autres aussi, vivantes et différentes, car les familles sont moins nombreuses que celles qui se réunissaient au jour de l’an et qui allaient de maison en maison pour échanger les vœux du Nouvel An et se souhaiter le paradis à la fin des jours. Le jour de l’an était fébrilement attendu comme Mmes Yvonne Bernatchez et Agatha Cabot l’ont rappelé le 31 décembre en soirée, après la messe. Le matin du 1e janvier, très tôt, toute la famille arrivait à la maison paternelle et entrait dans la salle à dîner où attendaient le père et la mère. Tous et toutes, du plus jeune au plus vieux, à genoux, les yeux rivés sur le père, le plus âgé des enfants demandait la bénédiction paternelle. Dans un geste digne, le père levait la main droite, la voix coupée par l’émotion et répétait la traditionnelle formule : « Mes enfants, je vous bénis et je demande à Dieu qu’il vous bénisse et vous garde! »  Cette cérémonie nous fut rappelée par des acteurs et des actrices heureux de jouer cette scène empreinte de nostalgie.

Comme le temps passe vite… et c’est heureux, car ainsi, nos familles vivent autrement, mais tout aussi pleinement cet heureux temps des fêtes que plusieurs regrettent, car bien des traditions se sont perdues. Ne regrettons pas trop puisque des traditions différentes voient le jour et les générations montantes restent attachées à cette belle période de l’année.

Cette soirée du 31 décembre se poursuit avec des prestations de femmes et d’hommes de chez-nous, nous enchantant avec leurs voix et leurs musiques. Environ 300 personnes assistent et participent à ce rassemblement pour clôturer les fêtes du 175e de Cloridorme.

Monsieur Valère Huet, président des fêtes n’a pas manqué de remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réussite des activités qui ont été présentées du 31 décembre 2009 au 31 décembre 2010.

Bravo Valère et bravo à tout le comité qui a fourni tous les efforts indispensables pour faire de cette année 2010, une année mémorable. Merci à tous les bénévoles qui ont été invités à partager leur joie et leur satisfaction le 4 décembre lors d’un 5 à 7 organisé à l’Hôtel de Ville de Cloridorme et qui s’est avéré un réel succès grâce à Valère et à toute son équipe.

Je crois que nous pouvons affirmer que Mme le Maire Jocelyne Huet et notre Conseil Municipal ont su nous concocter un menu digne de nos attentes et pour toute cette générosité, nous leur disons mille fois MERCI.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article