Gens de mer, gens de terre

Dans No 01 - Février 2011. par

Blanc de janvier. Sur fond d’azur, de fines lignes scintillantes se dessinent à l’horizon. S’intensifient. S’approchent de la grève. Hardiment, des petits morceaux givrés s’agglutinent en dansant. À l’abri dans l’âtre, mon petit poêle ronronne de chaleur enveloppante. Dans le silence de la nuit, je me souviens d’une soirée feutrée d’harmonie céleste

Vingt-quatre décembre Rassemblés dans la sacristie. Fébriles et joyeux. Sopranos. Ténors. Altistes. Basses. Encerclent l’Ange qui ouvre ses ailes. En chœur. Des voix s’élèvent. Se lancent vigoureusement à l’attaque des dièses. Lento. Lento… Les bémols modulent l’harmonie des altistes. Des voix graves bombent le torse. Grondent de fierté.

Chut! La chorale rythme le pas. Légèrement teinté de pourpre. Le blanc envahi le chœur de l’Église.

Sous la voûte, de grands rubans vermillions valsent au-dessus des fidèles. Une modeste crèche abrite l’Enfant. L’or. L’encens. La myrrhe souligne sa tendre fragilité. Un patriarche et des chérubins racontent sa venue parmi nous.

Réunis en ce soir du 100e anniversaire de l’Église de Grande-Vallée. Unissons-nous en ce grand jour. Offrons au Souverain des anges. L’humble tribut de nos louanges.* Sereins. Les fidèles méditent en silence.

Bénédiction céleste. Éloge du prêtre Julien Bonneau

Dans la nuit qui s’avance, une étoile apparaît

Étoile d’amour, de joie et de paix.

L’étoile de Bethléem nous conduit à L’Emmanuel…

Telle une comète. L’orgue s’élance hardiment. Oreille attentive aux nuances harmoniques. Sur les pas de Melpomène, muse du chant et de l’harmonie musicale. Danielle file les sons. Module les voix. Atténue la cadence. Orchestre magistralement le chœur des anges. Tableau d’une rivière cristalline qui dévale en cascade dans la nuit.

Elfes espiègles. Les enfants de Noël  entonnent hardiment des chants traditionnels. Bergers. Rois Mages. Pèlerins de passage. Se joignent aux paroissiens.

Majestueusement. La musique prend son envol. Violon. Flûtes traversières. Guitares. Modulent avec grâce des harmonies fluides et scintillantes, qui s’échappent comme des oiseaux sous la voûte azurée.

Anciens d’ici et d’ailleurs offrent aux assistants émerveillés. Leurs voix angéliques. Suaves. Légères. Brillantes. Lumineuses. Vivement. Ces solistes. Virtuoses. Chantres de lumière offrent généreusement des mélodies sacrées d’une grande beauté.

Rendons hommage à cette magnifique cérémonie dans ce lieu centenaire de Grande-Vallée.

Il a cent ans le chemin de l’Église.

J’y marche souvent bien des pas m’y conduisent.

Sonnez la cloche qui nous rapproche.

Parfois pour fêter, parfois pour pleurer. **

NUIT DE DÉCEMBRE NUIT DE SOURIRES FAMILIERS NUIT DE RÉJOUISSANCES

A L L É L U I A !     A L L É L U I A !

____________________________

*Dans le silence de la nuit

** Chanson composée et chantée par Jean-Maurice Lebreux

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article