« Deux villages valent mille mots »

Dans No 04 - Juin 2011. par

Au courant de l’année scolaire qui s’achève, les élèves de la classe de 5e et 6e année de l’école du P’tit Bonheur ont eu la possibilité de participer à un projet d’échange avec un militaire en mission en Afghanistan, le major François Jean Couture. Les élèves ont ainsi pu communiquer avec lui par courrier et en apprendre davantage en le suivant sur son blogue qu’il s’est fait un plaisir d’alimenter durant les six mois qu’a duré sa mission.

Avant Noël, les élèves ont amassé des toutous et des jouets usagés pour leur donner une seconde vie auprès d’enfants afghans. En tout, un total de 43 kilos d’articles ont été envoyés pour être distribués aux enfants d’une école soutenue par les forces canadiennes.

De retour d’Afghanistan depuis le début avril, le major Couture a décidé de venir rencontrer, ici même à Grande-Vallée, les élèves pour les remercier de leur implication et de leur soutien. Ainsi, mercredi le 25 mai dernier, c’est devant des élèves très intéressés et respectueux qu’il a fait une courte présentation de certains aspects de sa mission et de la situation en Afghanistan. Le tout a été agrémenté de photos et de matériel pour enrichir sa présentation. Il a également pris le temps de répondre aux questions très pertinentes des élèves.

De plus, au début du mois de mars, les élèves ont envoyé un drapeau du Québec au major Couture. Ce dernier a offert, lors de la même rencontre, à l’école du P’tit Bonheur, un magnifique cadre avec un certificat authentifiant que le drapeau en question a bel et bien flotté dans le ciel afghan et sur lequel, il est inscrit « Deux villages valent mille mots ». Cette devise a été composée par les élèves du P’tit Bonheur pour démontrer que Grande-Vallée s’est unie, symboliquement, aux jeunes afghans, le temps d’une année scolaire.

Il avait également apporté plusieurs souvenirs aux élèves afin de les remercier de leur intérêt et de leur soutien, très appréciés pendant sa mission.

Pour l’occasion, il était accompagné de son fils, François-Xavier, 22 ans, également membres des forces canadiennes. Ce dernier a fait une courte allocution pour encourager les jeunes à croire en leur rêve et à faire preuve de persévérance. Récemment diplômé universitaire en génie spatial, il poursuit son rêve d’enfance de piloter des avions.

Ces élèves d’ici ont vécu une expérience de partage qui leur a permis d’apprendre dans une situation nouvelle et d’offrir à des enfants, d’un village lointain, un peu de réconfort dans leur vie très différente de la nôtre.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article