Un an déjà

Dans No 09 - Novembre 2010. par

Douze mois se sont écoulés depuis l’élection de Monsieur Joël Côté à la mairie de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine et un premier bilan s’impose.

Rappelons tout d’abord en quelques mots le cheminement de notre édile. Élu conseiller municipal en 2005, Monsieur Côté, tout au long de son mandat fait ses premières armes dans le domaine de la gestion municipale. En 2009, il fait campagne pour le poste de maire et les électeurs décident de mettre fin à la direction du maire sortant, Monsieur James Patterson.

Monsieur Côté pourriez-vous nous dire ce que vous avez ressenti juste après le dépouillement des votes en cette soirée spéciale?

Un sentiment assez fort. Le fruit récolté après les efforts d’une campagne électorale dans laquelle j’ai donné tout ce que je pouvais. Fierté de réussir en demeurant constructif et positif. Je me sentais comme à la fin d’un film ou le bon triomphe. Je pouvais faire abstraction des coups durs et me réjouir de la mission accomplie. Mais j’avais conscience aussi d’être au début d’un travail difficile à mener.

Quel a été votre premier geste de maire de Ste -Madeleine?

Je suis allé féliciter tous les conseillers élus.

Y-a-t-il eu des surprises à l’analyse de la situation de la municipalité lors de vos premiers travaux?

Surpris de voir tout ce que le dossier éolien par exemple va apporter à la municipalité, aux  organismes communautaires et qui nous donne un pouvoir pour changer les choses. Ce qui nous a amené à demander de changer le nom du parc éolien à M Luc Leblanc de Cartier Énergie qui a parfaitement répondu. Le parc se nomme à présent : Parc éolien Gros-Morne – Ste Madeleine.

Une autre surprise : constater l’ampleur des responsabilités du maire et de son conseil à notre époque.

Au cours de cette première année, donnez-nous les trois plus gros défis rencontrés et surmontés.

1.    Mettre en place une infrastructure municipale comme la mise sur pied d’un cadre représentant tous les différents départements dans lesquelles les élus et les employés municipaux travaillent ensemble et plus efficacement.  Définir les différents rôles de chacun et donner une image valorisante des acteurs municipaux.
2.    Réussir à participer à une première rencontre avec le groupe Orbit dans un processus de reconnaissance de la localisation d’une partie importante du gisement d’alumine sur les terres de la municipalité.

3.    Réussir à me concentrer sur mon rôle de maire sans attacher trop d’importance aux influences négatives de certaines situations.
Rencontrez-vous, parfois, une opposition importante au sein de notre communauté et que privilégiez-vous pour l’affronter?

Parfois, oui. J’essaye de faire la place à ce qui est vraiment important en privilégiant le rationnel dans un cadre de réflexion mature.

Quels sont les points du programme que vous avez présentés lors de votre campagne qui se sont réalisés ?

1.    Élaborer une politique de gestion des plaintes déposées par les citoyens.
2.    Faire cheminer deux dossiers majeurs : Orbit et Cartier Énergie.
3.    Initier un dossier : le festival du pêcheur.
4.    Élaboration d’une politique d’accueil pour les nouveaux résidents et les entreprises.
5.    Améliorer l’image de la municipalité : par exemple, les locaux municipaux vont se refaire une beauté.

Rivière-Madeleine, le village le plus dévitalisé de la Haute-Gaspésie, a-t-il fait des progrès pour remonter la pente?

Revitaliser passe par deux facteurs : la créativité et l’économie. A Ste-Madeleine depuis la fermeture de la mine Gaspé, le nombre de pêcheurs diminuant et l’activité forestière au ralenti, on ne prétendait plus à un espoir quelconque pour se revitaliser. Avec le développement du secteur primaire bien engagé, on a tous les ingrédients en main pour relever le défi. On peut enfin se glisser sur la case départ de la revitalisation grâce à  Orbit et Cartier Énergie qui deviennent pour nous, des moteurs, espoirs de développement.

Vous venez de lancer l’idée de mettre sur pied un festival du pêcheur pour animer l’été de notre village. Quelles sont vos motivations?

Deux désirs : développer un sentiment d’appartenance et un sentiment d’identité.

Il  faut passer par une introspection sur ce que l’on est vraiment et de ce que l’on veut projeter.

On a besoin de retrouver d’où on vient et de décider où on va. C’est l’occasion unique pour faire le point sur nos ancêtres et notre devenir. Nous sommes dans une crise. Il ne reste qu’un pêcheur commercial alors qu’il y en avait un grand nombre. La passion de la pêche et le potentiel récréotouristique de la municipalité qui se révèle de plus en plus à l’intérieur de la pêche sportive nous pousse à nous redécouvrir. La pêche était importante. On veut partager avec nos citoyens et nos visiteurs ce paradis de la pêche. On veut attirer du monde pour qu’il le découvre. On a envie de faire quelque chose tous ensemble. Il faut l’avoir dans les tripes pour que ça marche.

Que ressentez-vous après une année d’exercice à la barre de votre municipalité?

Première chose : sentiment de fierté incroyable de faire partie d’une municipalité au potentiel physique et humain extraordinaire que je découvre de plus en plus.

Seconde chose : j’aimerais que mes concitoyens prennent bien conscience de mon désir profond de changement vers une amélioration de notre milieu de vie, de ma disponibilité et m’accompagnent dans cette voie. Bref,  je ressens la même détermination que le premier jour de mon élection.

Monsieur Joël Côté, je vous remercie et vous souhaite bon vent!

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article