Gens de mer. Gens de terre

Dans No 09 - Novembre 2010. par

N  O  V  E  M  B  R  E

à l’orée de la pleine lune
jaune titube la ligne
sur le bitume
esseulé d’écume ailée
chat immobile
sentinelle étourdie de ressac

où sont les maisons de portage
descente fracassante
d’une ribambelle de lutins
d’avant les grands vents

que deviennent les flocons d’aubiers
sous la paille de l’œil amphibie
fiers géants de bois de mer
secret d’embellie
cachée derrière la grande noirceur
d’un chant d’automne

silence
les embruns fredonnent
des airs de bravoure
tressent des cirrus
de filaments soyeux

attente d’un signe
gorgé de sourires ambigus
raffinement rassasié
d’écorce de cèdre noir
peuplé de fascines

novembre à portée d’ailes
dentelle de petits points lumineux
sur fond de toile nébuleuse

rouge flamme embrasement
chaleur scintillante qui illumine
l’ombre blanche de l’hiver

<

p style= »text-align: justify; »>
Poème de Nicole Thibault
2, route des Roy
Pointe-à-la-Frégate

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article