Ouverture officielle de l’édifice Lamy

Dans No 07 - Septembre 2010. par

Monsieur François Labrecque et moi tenons à vous remercier très sincèrement de votre présence en cet instant qui marque un jalon dans l’histoire de la municipalité de Grande-Vallée, du secteur de l’Estran et de notre magnifique Gaspésie.

La construction initiale de l’édifice que nous venons d’inaugurer date déjà de plusieurs décennies et aura connu des vocations diverses : magasin d’électronique, magasin général, studio de photographie, épicerie, entrepôt et maintenant édifice à bureaux.

Nous voulons remercier tout spécialement Madame Reina Huet et ses enfants qui nous permettent de nommer notre réalisation en l’honneur de monsieur Claude Lamy qui aura su marquer la mémoire des gens de cette communauté par son travail acharné et son implication constante de même que son initiative à démarrer les soins ambulanciers.

Malgré que ce projet soit fort simple et modeste, il aura tout de même pu créer et maintenir quelque 26 emplois directs, à temps plein, une fois terminé.  En plus des emplois créés au cours de sa rénovation.

Nul besoin de mentionner que 26 emplois, non subventionnés, à Grande-Vallée ou dans tout autre village côtier, constitue un succès en ces temps difficiles. C’est sans aucun doute ce qui maintient la force des PME qui ont pour effet de diversifier l’économie locale et qui avec la collaboration de nos décideurs pourraient contrer une partie des problèmes de nos villages mono -industriels.

Attirer et retenir les gens d’affaires qui créent des emplois stables, de la richesse et une fierté locale devraient constituer une priorité sinon LA priorité.

Nous tenons à remercier plus particulièrement Hydro-Québec qui nous a fait confiance dès le départ.  Car initialement, ces gens ont visité un entrepôt et il fallait beaucoup d’imagination et de vision pour imaginer ce que cet édifice est devenu depuis.

Je m’en voudrais de ne pas mentionner la collaboration de monsieur Jean-Pierre Béland qui nous a conseillé quant au choix des couleurs extérieures du bâtiment.

Les rénovations effectuées en plein hiver auront duré quelques deux mois, où les surprises se sont succédées à un rythme infernal, affectant évidemment le budget initialement prévu.
Sans l’exceptionnelle expertise de mon associé, monsieur François Labrecque, nous en serions encore à élaborer des plans.  Merci François.

En s’associant, François et moi avions une vision d’un environnement prospère, paisible et chaleureux où nos talents, nos compétences, nos expériences et nos expertises respectives pourraient contribuer, entre autres choses, au développement économique.

Nous avons remarqué que l’un des problèmes majeurs est le manque de ressources humaines disponibles.

Nous vivons dans une région où la main-d’œuvre existante est parfois confrontée  au besoin et à la détermination des gens à vouloir se prendre en main ou à vouloir s’impliquer à long terme au niveau de l’emploi.

Nos écoles forment d’excellents travailleurs que ce soit de niveau professionnel, collégial ou autres qui doivent parfois s’expatrier afin de développer leurs compétences et ainsi gagner leur vie.

Ces travailleurs ne reviennent malheureusement en région que lors de leur retraite alors que nous avons ici un besoin imminent de relève compétente, et ce, dans des métiers de tous les niveaux.

Plusieurs projets sont actuellement sur la table à dessins de certains promoteurs.

On parle de la mine Orbite et de quelques autres entreprises qui penseraient à installer leurs pénates localement.

Lorsque l’on discute avec ces gens d’affaires désireux de s’investir et de prendre des risques, quelques conclusions s’imposent d’elles-mêmes :

Où leurs travailleurs pourront-ils loger? Y aura-t-il des travailleurs locaux disponibles à l’année et compétents? Quelles infrastructures sont disponibles pour leurs loisirs (piscine, cinéma, centre d’achats, etc..)? Internet haute vitesse sera-t-il disponible, et ce, partout et en tout temps? Le téléphone cellulaire pourra-t-il un jour être disponible? Les routes seront-elles en état de supporter le transport des marchandises requises? Les familles de ces travailleurs pourront-elles bénéficier d’un support adéquat (scolaire, médical, etc..)? Comment seront reçus ces travailleurs étrangers par la population locale, à long terme?

Autant de questions, et bien d’autres, que les gestionnaires se posent avant d’investir des sommes considérables.

Bref, sommes-nous prêts collectivement à recevoir ces mégas entreprises ou des PME innovatrices et ainsi les intégrer à notre collectivité?

La réalisation que nous inaugurons aujourd’hui démontre que notre entreprise possède une partie des connaissances, des compétences et de l’expertise à une part de ces réponses.
Le passé est souvent garant de l’avenir! Vos gens d’affaires locaux constituent une source incroyable de potentiel qu’il ne faudrait surtout pas négliger.  Vos meilleurs ambassadeurs pour attirer et retenir des nouveaux gens d’affaires sont souvent ceux qui ont déjà eu du succès localement, pourquoi vous en priver?

Ce que nous possédons également ce sont les espaces verts à développer. Construire, aménager des projets viables et à long terme. Élaborer des projets qui devraient s’autosuffire à court terme. Nous nous permettons de vous exposer bien humblement ce que notre entreprise et bien d’autres souhaitent.

En collaboration avec les instances appropriées, nous pourrions élaborer la construction d’une partie des infrastructures indispensables à attirer et retenir de nouveaux entrepreneurs et leurs familles.

Nous les gens d’affaires désireux de progresser, devons, de concert avec nos leaders, élaborer rapidement des solutions à long terme qui permettront un changement de cap radical et permanent.

Nous nous devons d’interpréter la culture dans son sens le plus large qu’il soit et inciter la population à accepter que l’entreprenariat doit faire partie intégrante de notre culture gaspésienne.

Nous demeurons convaincus qu’ensemble, un développement harmonieux, progressif et constant est possible au sein de notre secteur.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article