Gens de mer gens de terre

Dans No 09 - Novembre 2009. par

Grande-Vallée. Un samedi comme les autres. Assise sur une marche de l’escalier, une jeune fille m’accueille avec un sourire. J’entre. Le local est grand. Plusieurs tables arrondissent l’espace. Fauteuils et chaises se bousculent. Quelques filles causent de choses et d’autres. Crayon feutre à la main, une ado dessine des arabesques. Qu’y a-t-il derrière la porte? C’est la salle des jeux vidéo. me répond Lisa-Alice Lamy, monitrice à demi-temps. Doucement. J’ouvre la porte du local. Silencieux. Deux garçons visionnent une vidéo style méchant? Sans un mot, les gars déguerpissent à la vue de mon appareil photo. Amusée. Je me dis : pourquoi pas une photo du vidéo? Mais où sont les autres jeunes? Ils participent à une partie de soccer à Gaspé. De m’expliquer Marie-Chantal Pelletier, monitrice à temps plein. Délicate. Elle se fait un devoir de me faire visiter. Me parle des activités annuelles. M’invite à revenir en tout temps.

La Maison des jeunes de l’Oasis-Jeunesse de l’Estran, un endroit où des filles et des garçons âgés entre 12 et 17 ans se sentent bien et réalisent des activités intéressantes. Un lieu où le respect de soi et des autres est de rigueur. Un lieu qui permet aux jeunes de développer l’expression de soi. De les impliquer dans la vie de la Maison. De favoriser la responsabilité et l’autonomie. Ils et elles peuvent acquérir diverses connaissances (discussion, organisation et réalisation de projets). Un endroit où l’écoute active, des animateurs est primordiale. Où règne un climat de liberté, de confiance et de solidarité. **

Mais laissons raconter un jeune garçon très actif à la Maison des Jeunes.

Énergisante. Motivante. Enrichissante. La Maison des Jeunes.

Ayant des animateurs sympathiques, la Maison des Jeunes de Grande-Vallée sait comment divertir les adolescents qui la fréquentent. En passant par les activités sportives au gymnase de l’École secondaire, les voyages à l’extérieur et les sorties à la cabane à sucre, la coordonnatrice Nathalie Côté et son équipe ont su créer dans le secteur de Saint-Yvon à Grande-Vallée une clientèle fidèle à la MDJ.

La Maison des Jeunes est en activité depuis 1996. Depuis deux ans, elle est située dans l’ancienne Hôtel de Ville, à proximité du terrain de balle-molle. Table de billard, tennis et soccer de table, console de jeux vidéo, jeux de société, petite cantine, cuisinette et grand salon savent amuser les adolescents. Le nombre de jeunes fréquentant la Maison des Jeunes est très varié. Ce peut-être quarante ados lors des soirées de matchs de hockey à la télévision, mais aussi de quinze les soirées d’été, lorsque la température le permet.

Lors de notre dernière sortie, nous sommes allés à Grande-Rivière. Go-Kart, glissades d’eau, piscine et paint-ball nous y attendaient. Pour finir la journée, nous avons soupé à Percé. Et évidemment, après le repas, l’habituelle visite de toutes les boutiques mettaient fin à cette journée parfaite. Et le tout, sans aucune dépense de nous, les adolescents.

Pour payer toutes nos sorties, il faut certainement faire des activités de financement. La cueillette de sous noirs est la plus rentable. Tous les jeunes qui veulent participer aux sorties doivent faire la cueillette. C’est grâce au support de la population du territoire que nous pouvons faire ces divertissements. Un autre moyen de financement, ce sont les lave-autos. Ceux-ci ont lieu l’été. Les jeunes offrent aussi de servir les repas aux couples qui se marient.

Participant à toutes les activités possibles au sein de cette organisation, je me considère comme un habitué de ce merveilleux endroit. J’ai d’ailleurs eu l’honneur de me joindre au Conseil d’établissement, pour donner mon opinion et mes idées. Mon nom est Étienne Fournier, et je suis très heureux d’avoir écrit cet article pour un lieu que j’apprécie énormément : la Maison des Jeunes de Grande-Vallée.

Trente et un octobre. Arrive de Cloridorme l’autobus scolaire. Plusieurs jeunes s’engouffrent dans la salle. Se mêlent aux copains et copines de Petite et Grande-Vallée. De féminins costumes du temps passé s’amusent théâtralement. Quelques muses côtoient un extraterrestre argenté. Un couple de nouveaux mariés danse le limbo à côté d’un moine mystérieux. Toute de rouge vêtue, une princesse épate par sa souplesse. Près de la scène, quelques garçons visionnent une course d’auto endiablée. La musique sautille. Telle une insouciante meute de jeunes loups, les gestes cadencés des corps inventent un ballet élégant. Insolite. Sourires aux lèvres, je me souviens?

Une soirée rafraîchissante. Un regroupement gaspésien de filles et garçons qui partagent joyeusement leur jeunesse.
____________________________________
** Rapport annuel 2008-2009 de l’Oasis-Jeunesse de l’Estran.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article