Moments précieux vécus en présence de Félix Leclerc, anse de Vaudreuil 65-70

Dans No 06 - Août 2009. par

C’était à l’automne 1965,

J’avais été informé par le Musée d’art contemporain situé à l’époque sur la rue Sherbrooke Est dans le château Dufresne, coin Pie IX, qu’une de mes sculptures acquise par l’entremise du Ministère des Affaires Culturelles de l’époque, était en mauvais état et qu’il y avait plein de termites blanches qui s’échappaient de cette grosse pièce de bois que j’avais sculptée à peine deux années plus tôt lorsque j’habitais à Chateauguay le long de la Rivière.

Donc le musée se vit obligé de m’informer de ce qui se produirait suite à l’installation de l’oeuvre dans ce magnifique édifice où toutes les boiseries étaient en acajou et que les insectes répugnants commençaient à se répandre partout dans le halle, les escaliers, sur les planchers et portes faits de ce bois précieux.

Je leur proposai alors de m’expédier l’?uvre et que je la remplacerais par une autre de mes créations. Ce qui fût fait en quelques mois, et cette autre sculpture de bronze cette fois fait dorénavant partie de la collection permanente du Musée d’art contemporain et a pour titre « Feuille d’AVANT LA HAINE » créée à l’été 66, dans mon atelier aménagé dans l’ancien étable sur la ferme d’Alcide Pilon, qui me louait la fameuse maison de l’anse de Vaudreuil. Ainsi, par un jour d’automne Félix qui passait devant chez moi vit près du camion qui venait me livrer ma sculpture refusée que j’étais abattu triste et découragé. Il m’aida à descendre cette grosse masse de bois et à la poser sur le terrain face à la maison.

Et ce moment mémorable pour moi, il me dit, en me regardant dans les yeux, Jacques, ne perd jamais « le sens du merveilleux », ce qui se grava dans ma mémoire et mon c?ur pour toujours, et qui m’inspira plus d’une fois au cour de ma vie d’artiste et d’Homme vivant en ces temps incertains et cette terre en perpétuelles conflits.

Écrit dans la maison même où vécut Félix Leclerc et sa famille de 1956 à 1970.
Dans l’Anse de Vaudreuil et Soulange.
Le 10 mars 2009

Avec mon respect et mon admiration

Jean-Jacques Chapdelaine

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article