Lettre Ouverte

Dans No 06 - Août 2008. par

Il y a tellement d’incongruité dans le dossier de la haute-vitesse que nous sommes en droit de dénoncer le non-sens des décisions prises.

D’abord, vous pouvez être assurés que malgré les annonces faites nous ne serons pas branchés d’ici la fin de l’année.

Lorsque les gens de la CRE et du réseau collectif font des annonces où tous les verbes sont au conditionnel, dites-vous qu’ils sont en train de distribuer des somnifères pour nous endormir en nous faisant croire que les choses avancent.

Au moment d’écrire ces lignes, les argents ne sont pas encore votés pour la réalisation du fameux projet présenté par le réseau collectif pour brancher toute la Gaspésie. Les appels d’offres pour l’installation de l’équipement ne sont pas encore lancés, alors il est très réaliste d’affirmer que l’échéancier de la fin de 2008 ne sera respecté.

De plus, les coûts estimés de 3 millions de dollars sont déjà haussés de 500,000 $­ ! N’oubliez pas que cet argent proviendra des deux paliers de gouvernement, c’est-à-dire de nos poches ! Aussi, dans ce projet ,il est question d’une part provenant des municipalités, donc encore de l’argent qui sortira de nos poches !!!

Ensuite, nous aurons à payer une facture mensuelle qui sera sans doute assez élevée, puisque contrairement à ce qu’annonçait la ministre Nathalie Normandeau, Télus est toujours dans le décor, car le réseau collectif louera la bande passante de Télus !

Ce qui est très questionnable dans ce dossier, c’est le partenariat Télus versus le réseau collectif. De la façon dont le projet est mené présentement, aucun compétiteur ne pourra venir s’installer par ici, ce qui est très pénalisant pour le consommateur ! Télus aura toujours la main haute sur la bande passante, c’est un monopole qui ne peut que nuire à la saine compétition. Cela se passera comme avec le téléphone ; vous savez que nous payons plus cher pour notre ligne qu’à Rimouski par exemple? Il y a aussi la question du cellulaire qui entre en jeux, Télus veut garder, encore là, le monopole de ce service, à notre détriment toujours. En permettant la venue de compétiteur ils seraient dans l’obligation de baisser leurs prix, et ainsi faire un peu moins de profits, alors, ils n’hésitent pas à prendre toute une population en otage afin que cela ne se produise pas !

Un projet sans subvention
Il y a quelques mois, le président de l’entreprise de Télécommunications TDE, a présenté à nos élus de la MRC de la Haute-Gaspésie un projet pour desservir toutes les municipalités non-désservies de la MRC. Si ce projet avait été accepté, à l’heure qu’il est, nous serions tous branchés sur la haute-vitesse, et ceci sans qu’aucune subvention n’ait été versée. Même si les maires semblaient très réceptifs à ce projet, notre préfet, M. Magella Émond, leur a demandé d’attendre de voir le projet du réseau collectif avant de prendre une décision. Les maires ont fait confiance au préfet et ont décidé d’opter pour le projet du réseau collectif. Ont-ils eu raison? À la lumière des évènements actuels il est raisonnable de penser qu’ils n’auraient pas dû!

Lors du dépôt de ce projet, les maires ont cru en sa réalisation dans les délais promis… et voilà où nous en sommes… aucun développement marquant, et la certitude que les choses traîneront encore longtemps.

Ce sont les contribuables qui font les frais du laxisme de nos décideurs. C’est délibérément que rien n’avance dans ce dossier. Les gens de la CRE font des annonces de temps à autres, faisant croire qu’ils sont conscients que la haute-vitesse est devenue essentielle… qu’ils font tout en leur pouvoir pour nous donner le service le plus rapidement possible. C’est totalement faux ! Ils avaient depuis longtemps un échéancier en tête : vers la fin de l’année 2009, et si nous laissons faire c’est ce qui arrivera !

La dernière annonce de la CRE fut diffusée à la radio CIEU-FM, du côté sud de la Gaspésie, de notre côté NADA… rien du tout. Pourtant, eux sont branchés à 70% et de notre côté, seulement 20% de la population bénéficient de la haute-vitesse, en viendrons-nous à penser que ceux qui nous représentent revendiquent moins fort que leurs vis-à-vis du sud ?

Tout se joue au niveau politique
Lors de notre levée de bouclier en janvier dernier, à la réunion de la CRE, la plupart des élus ont dénoncé fortement notre prise de position. Il n’y a eu que notre député Pascal Bérubé pour défendre notre point de vue. Notre préfet, M. Émond et Madame Pelletier, maire de Sainte-Anne-des-Monts, n’ont pas osé nous appuyer dans nos revendications qui pourtant, selon eux, étaient tout à fait légitimes. Permettez-moi de douter de leur bon vouloir.

Tout se joue au niveau politique dans ce dossier. Certains veulent avoir une belle cérémonie avec un beau ruban à couper, probablement juste avant les prochaines élections ! Mais, à ce moment-là, il faudra se rappeler la façon dont les revendications des citoyens furent balayées du revers de la main. Il ne faudra pas oublier les annonces mensongères, les espoirs déçus, l’indifférence avec laquelle le simple contribuable est traité.

À Marsoui, nous avons mis beaucoup d’ardeur à défendre notre droit à la haute-vitesse. Nous y croyons toujours, mais nous nous rendons compte que nous affrontons « une grosse machine » dont nous ignorons les véritables enjeux. Pour nous l’affaire paraît simple. Nous sommes persuadés de la légitimité de notre demande mais, pour les « politiques », cette évidence ne semble pas faire partie de l’équation.

Dans une correspondance récente, Madame le Maire a demandé au réseau collectif la permission de brancher ses contribuables, dans l’attente du fameux projet. Étant donné que la promesse avait été pour la fin de l’année, elle alléguait que le fait nous donner cette permission n’aurait pas grande incidence pour le réseau. Elle rappelait aux gens du RC que nous avions l’équipement nécessaire pour diffuser et que nous donner cette permission serait très bien reçu et serait vu comme un geste de solidarité gaspésienne. Nous nous doutions bien que cette demande serait rejetée, mais nous avons, pendant un court moment, espéré que celle-ci soit entendue et acceptée… mais non! Là-bas à Gaspé, là où toutes les décisions se prennent, notre demande fut refusée!

Il y a un autre aspect très important qu’il faut dénoncer, c’est que les emplois créés par ce projet se retrouveront presque en totalité à Gaspé ! Rien pour la Haute-Gaspésie. Il me semble que c’est un point de vue qui aurait dû être dénoncé par Télus. La firme qui installera les équipements sera choisie par appel d’offres. Il sera intéressant de voir d’où cette firme proviendra ! Ensuite, la gestion du projet sera centrée à Gaspé ; le réseau collectif, qui pourtant est un OSBL (organisme sans but lucratif), sera le gestionnaire de la Haute-vitesse en Gaspésie, et ce, au détriment des entreprises privées qui pourraient offrir le service sans obtenir de subvention. Dites-moi pourquoi nos élus, tant au niveau fédéral, provincial et municipal sont d’accord avec un tel procédé, pourquoi subventionner un projet à coup de millions, quand celui-ci pourrait voir le jour sans piger dans les deniers de l’état? Ont-ils tant d’argent à dépenser? Si c’est le cas, qu’ils, baissent nos impôts leur dirons-nous !

Une priorité pour notre maire
Notre maire amène le sujet de la haute-vitesse à chaque réunion de la MRC. Elle s’informe de l’avancement du dossier, on lui répond que le dossier progresse. Comme nous, elle se rend bien compte que rien n’avance. Devra-t-elle reprendre le flambeau et augmenter les moyens de pression ? Cette fois-ci est-ce que ses consoeurs et confrères de la MRC seront derrière elle? Oseront-ils se lever et revendiquer ce service essentiel? Notre maire avait promis à ses contribuables qu’ils auraient la haute-vitesse d’ici la fin de 2008. Avec les informations qu’elle avait obtenus, elle pensait bien pouvoir respecter cette promesse. Elle n’est pas disposée à « plier les genoux », car ce dossier demeure une priorité pour elle !

Mes propos vous semblent peut-être redondants, mais ils reflètent une triste réalité ; nous attendons pour obtenir un service jugé essentiel, nous essayons de comprendre les décisions de ceux et celles qui détiennent le pouvoir…un pouvoir dont ils abusent malheureusement trop souvent, et ceci, toujours au détriment des payeurs de taxes !

Voulez-vous obtenir la haute-vitesse d’ici la fin de 2008 Si la réponse est oui, et bien revendiquez! Posez des questions à vos élus, exigez le respect des délais promis. Soyez des centaines à démontrer que cette demande est légitime. La Gaspésie est une région qui ne demande qu’à s’épanouir! De nombreux gaspésiens sont à la tâche à chaque jour, pour donner un nouvel élan à notre si beau coin de pays. Est-ce pour freiner leur ardeur que nos décideurs nous privent d’un outil essentiel à notre développement ? Nous sommes tout près d’y croire… sinon, pourquoi un tel laxisme dans ce dossier ?

Je vais faire parvenir cet article au président de la CRE, au directeur du réseau collectif, à la ministre Nathalie Normandeau, à notre préfet, à notre député provincial à tous les maires de notre MRC. Si j’obtiens des réponses je vous les communiquerai. Peut-être y aura-t-il parmi toutes ces bonnes personnes, quelqu’un qui comprendra l’urgence de la situation et qui me donnera tort. Malgré le pessimiste de mes propos, j’espère encore qu’une solution avantageuse sera annoncée sous peu et que nous verrons d’ici la fin de 2008, la concrétisation de cet important dossier.

Sur ce je vous laisse et je vous souhaite à tous une belle fin d’été!

Annie Gasse

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article