Gens de mer, Gens de terre

Dans No 04 - Juin 2008. par

Quatre chaises. Une machine à café. Un comptoir d’accueil. J’ouvre la porte. J’entre. Silence. Cinq six petits sourires en coin m’observent. Je lance un bonjour sonore! Les hommes. Tous en cœur. Répondent : bonnnjour!

• J’ai lu votre article dans Le Phare. De révéler spontanément celui qu’on nomme le professeur. J’observe qu’il a une jolie casquette. À moins que ce soit un béret??

• Ah oui! L’article sur Monsieur Hermas! lui répondis-je.

• En tout cas, moi, j’aurais pas écris ça! de dire Ladislas.

• Ah! Et pourquoi donc? Qu’je lui demande.

• Et bien! Qu’Hermas parle chinois et d’autres affaires. Heuheu! C’est mon cousin! avoue-t-il. Tous y vont de leurs commentaires. Rigolent.

• J’aimerais bien écrire une autre histoire sur la colonie de Cloridorme? Que je leur suggère avec un œil interrogateur. Et les voilà à blaguer gentiment tout en refaisant l’histoire de la vie dans la colonie.

• Ça cultivait fort son terrain dans la colonie! Mais j’en connais qui allaient acheter leurs légumes au village!!! D’insinuer malicieusement un finasseux du groupe.

• Dix milles à pied! Qu’on marchait jusqu’au village pour aller voir les filles! Se lamentait un autre. Le regard rêveur…

• Vous êtes tous des fainéants! Moi, les filles! J’aurais marché ben plus loin qu’ça pour les voir! Se vante le Don Juan du groupe dit la gadelle en se gonflant le torax…

• Ben toué l’jeune! Tu peux ben parler des femelles…! Lance le monteur de lignes dit mognon.

• Qu’est-ce que tu veux insinuer? Le ligneux. Babille la gabelle. Un sourire malicieux par çi! Une boutade par là! On se relance à qui mieux mieux. Silencieux. Discret. Amateur écoute.

Observe timidement la scène. Longtemps, il a travaillé dans les mines. Un monde mystérieux. Enveloppé de clair obscur à la lumière d’une lampe frontale. Oups! Le proprio Michel se pointe. Suivi de près par son fils François. Le verdict tombe.

•Un mal mystérieux. Madame. Ronge votre tacot! Pardon! Votre chaloupe! Chuchote le garagiste-père.

• Quoi! Ma chaloupe! Que je lui réplique. Interloquée.

• Et oui! Nous croyons qu’elle a navigué entre deux eaux! Peut-être durant toute une traversée. De répliquer le fils.

• On va faire un virement de bord et changer quelques morceaux de ferraille un peu trop roux. Histoire de rouler et non de voguer…de décréter père et fils. Trente minutes plus tard. Surprise! Mais où sont ces messieurs? Tous partis vaquer à leurs travaux ou rêveries! Le garage. Le rendez-vous matinal des hommes de Cloridorme. Mais ce rituel de rencontres masculines existe ici comme ailleurs. Du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest de notre globe terrestre. Depuis des lustres. Les hommes se réunissent rituellement. Un café, un petit resto.

Une taverne! Vous vous en souvenez…! Tout endroit propice aux discussions entre hommes. Aux badinages. Aux histoires inventées. Aux dernières nouvelles quotidiennes et universelles. Solidarité! Fantaisie! Ludisme masculin! C’est un secret d’homme. Bien gardé…

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article