Jour du souvenir, CC 3007

Dans No 09 - Novembre 2007. par

JOUR DU SOUVENIR

Cette année, le jour du souvenir s’est célébré d’une manière exceptionnelle à l’église de Grande-Vallée.

À l’invitation du Corps de Cadets 3007, notre député provincial, Monsieur Guy Lelièvre, a présenté avec les honneurs qui se devaient la médaille de l’Assemblée Nationale à monsieur Firmin Fournier.
Présidée par le Curé Julien Bonneau, la messe dominicale avait fière allure avec les cadets qui épaulaient notre padre comme servants, pendant que d’autres cadets ont effectué les lectures alors que la quête s’est également faite par certains cadets.
À la fin de cette cérémonie haute en couleurs et en messages, le padre Bonneau a invité le commandant du Corps de Cadets 3007 à prendre la parole pour lire un texte préparé pour cette occasion et mieux introduire aux gens présents l’implication de monsieur Firmin Fournier au cours de la seconde guerre mondiale qui s’est déroulée de 1939 à 1945 sur les champs de bataille de l’Europe du Nord-Ouest.
Puis par la suite, notre député, Monsieur Guy Lelièvre, a pris la parole pour souligner les différentes implications de monsieur Firmin Fournier au sein de son village. Cette longue liste était fort éloquente du travail que monsieur Fournier a accompli pour améliorer le sort de ses concitoyens.
Malgré l’émotion du moment, il ne fallait pas oublier le fait que cette cérémonie prenait place le 11 novembre. C’est donc par le salut militaire accompagné de la musique de circonstance et la minute de silence que cet événement fort mémorable s’est terminé.
Note: en langage militaire, le «padre» (mot espagnol signifiant: père) est le prête ou l’aumônier d’une unité.

LE 3007 A REÇU DE LA VISITE EXTRAORDINAIRE

Mercredi le 3 octobre dernier lors de notre soirée sportive, le corps de cadets 3007 a eu le privilège et l’heureuse surprise de recevoir le soldat Yan Richard.
Le soldat Yan Richard, un ancien du 3007, de passage à Grande-Vallée pendant ses vacances, est venu nous rencontrer quelque trop bref minutes afin de nous entretenir de sa mission en Afghanistan.
Ses réponses aux nombreuses questions qui lui ont été posées étaient fort éloquentes quant aux nombreuses difficultés que nos militaires ont à affronter dans leur quotidien. Nous avons pu noter la fierté qui se dégageait de ses propos de participer à cette mission à titre de chauffeur de divers véhicules servant à approvisionner les fantassins qui sont en première ligne. Il nous a également mentionné le plaisir qu’il ressentait lorsque les enfants Afghans lui font des «thumbs up».
Nous lui avons fait part de notre admiration à son égard et en avons profité pour l’inviter de nouveau lors de son retour définitif de l’Afghanistan.
Que l’on soit pour ou contre la participation du Canada dans ce conflit, il n’en demeure pas moins que ce sont nos compatriotes, les fils et filles de nos voisins, les frères et soeurs de nos compagnons de travail, les pères et mères de nombreux enfants de nos écoles, qui sont impliqués dans ce conflit et que la moindre des choses que l’on peut faire est de les supporter dans leur travail ardu.
Un autre élément qui a été dit aux cadets actuels du 3007 est le fait qu’aucun d’eux n’a une obligation quelconque de s’enrôler lorsqu’il quittera le mouvement des cadets. Nos cadets ne sont pas des militaires et le but premier de ce mouvement est de former des meilleurs citoyens.
Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article