Un oeil rouge ne doit pas être négligé…

Dans No 05 - Juillet 2006. par

Un œil rouge peut avoir diverses origines. Avant de s’instiller des gouttes, il est recommandé de consulter un optométriste afin de s’assurer du traitement adéquat pour la santé de vos yeux.

Les optométristes possèdent, dans leurs cabinets, l’équipement approprié pour la détection des diverses maladies reliées à un œil rouge. Le traitement diffère bien sûr s’il s’agit d’une blépharite (inflammation des paupières et des cils); d’une conjonctivite (inflammation ou infection de la conjonctive : partie blanche des yeux); d’une kératite (inflammation ou infection de la cornée : la partie transparente sur laquelle on pose les lentilles cornéennes); d’une abrasion ou d’un ulcère cornéen ou conjonctival (plus rare); d’une iritite (inflammation de l’iris : partie teintée de l’œil); d’une épisclérite ou d’une sclérite (inflammation de tuniques externes de l’œil); d’une uvéite (inflammation de l’uvée : la tunique interne de l’œil); d’un problème d’œil sec (c’est une condition de plus en plus fréquente causée par une multitude de facteurs : air climatisé, tapis, âge, maladie, etc.) de glaucome (dans sa forme aigüe appelée crise de glaucome à angle fermé) ou d’une hémorragie sous-conjonctivale (il s’agit d’un petit vaisseau sanguin qui éclate dans le blanc de l’œil causant une rougeur très impressionnante). La médication pas toujours nécessaire   Dans certains cas, des traitements très simples, ne nécessitant pas de médication, sont instaurés.

Cela peut être le cas de certaines blépharites (traitement par compresses et hygiène oculaire), d’œil sec léger à modéré (traitement par larmes artificielles et arrêt du port de lentilles cornéennes) ou certaines kératites virales (pour lesquelles aucune médication n’est actuellement disponible si ce n’est les larmes artificielles et d’avoir une hygiène rigoureuse). Cependant, d’autres affections nécessitent un traitement plus drastique et immédiat. Elles peuvent être traitées par gouttes antibiotiques (infections bactériennes, ulcères), par des anti-inflammatoires (uvéites), par gouttes anti-glaucome et grâce à la chirurgie (certaines formes de glaucome ou dans les cas de décollement de rétine).

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*