Un invité de marque pour fêter la fin de leurs activités

Dans No 04 - Juin 2006. par

Les seize cadets du Corps de Cadets 3007 ont vécu une fin de semaine émouvante et inoubliable à la fin du mois dernier. Ils assistaient à un diner régimentaire et participaient à leur cérémonial de fin d’année dont l’invité d’honneur n’était nul autre que l’ancien lieutenant-général et maintenant sénateur, Roméo Dallaire.

Vers 17h30, le 26 mai, les jeunes on d’abord rencontré le sénateur Dallaire en privé pour faire connaissance et lui poser quelques questions sur ses débuts dans le mouvement des cadets, ses années passées au Rwanda durant le génocide et sa vie actuelle. Le responsable de la Gaspésie a généreusement répondu aux questions et a abordé tous les sujets. Les cadets, d’abord intimidés, se sont rapidement retrouvés à l’aise tellement l’ancien lieutenant-général était sympathique.

Les cadets, accompagnés de M. Dallaire, sont ensuite passés dans la grande salle où une centaine de personnes étaient déjà réunies pour un diner régimentaire : protocolaire pour les jeunes cadets et les invités à la table d’honneur; mixte pour les autres convives. Le sénateur Dallaire en était le président d’honneur. Précisons que le diner régimentaire est l’une des plus importantes traditions des Forces canadiennes. Il est organisé pour célébrer des occasions spéciales. Ici, ce repas a permis aux cadets de se familiariser avec les bonnes manières à table : bonne posture, serviette sur les genoux et utilisation appropriée des couverts. Après ce dîner, on a procédé à la remise de cadeaux souvenirs à M. Dallaire. Le sénateur, ex lieutenant-général, en a profité pour adresser quelques mots sur son passé dans le mouvement des cadets, les mérites de ce mouvement. Il a également touché à la question des enfants à travers le monde touchés par la guerre. Il s’est ensuite plié à une séance de signature pour terminer la soirée en faisant connaissance avec les gens locaux. Le lendemain matin, à 9h, les cadets prenaient part à leur Revue annuelle. M. Roméo Dallaire agissait à titre d’invité d’honneur.

Au cours de ce cérémonial, les 16 cadets ont défilé sous les yeux du public. Il y a eu une parade avec démonstration du peloton de précision et un défilé où les jeunes ont pu démontrer leur savoir-faire et la discipline de la marche militaire. À la suite de ces démonstrations suivaient les différentes allocutions et la remise des récompenses aux cadets méritants ainsi que des camps d’été disponibles pour les cadets désireux de vivre un été riche en aventures et de connaissances.

Qui est Roméo Dallaire ?

Il est né le 25 juin 1946. Son père est Roméo Louis Dallaire, un soldat canadien, et sa mère, une infirmière hollandaise. Il a passé son enfance à Montréal. Il s’enrôla dans l’armée canadienne en 1964, où il obtînt son brevet d’officier du Collège militaire de Saint-Jean en 1968. Il occupa divers postes de commandement, d’état major et d’instruction au Canada et en Allemagne.

En 1993, il est nommé commandant en chef de la Mission d’observation des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR), une expérience qui le marquera profondément. Il reste un an au Rwanda (août 1993 à août 1994).   De retour au pays, après avoir occupé des postes de commandants et sous-ministre, il est démis de ses fonctions le 22 avril 2000. Il souffrait du trouble de stress post-traumatique. Au moment de sa retraite, il tenait encore le rang de lieutenant général. Se blâmant pour les failles de sa mission au Rwanda, il attenta deux fois à sa vie. Après l’incident, Roméo Dallaire entreprit d’écrire son livre J’ai serré la main du diable et de participer à de nombreux colloques et conférences. Il était sur la voie de la guérison. Au Canada , il est considéré comme un héros qui a essayé de toutes ses forces d’arrêter le génocide en cours et qui a pu sauver au moins quelques vies.   En 2004, il retourne au Rwanda et témoigne devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda contre le colonel Théoneste Bagosara. Le 25 mars 2005, le Premier ministre Paul Martin nomme Roméo Dallaire au Sénat canadien où il siège en tant que libéral et responsable de la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Son livre « J’ai serré la main du diable » sera adapté au cinéma en 2006. Le tournage, qui doit débuter en juin de cette année en Afrique et au Canada, sera tourné en anglais par Roger Spottiswoode. L’acteur québécois Roy Dupuis interprétera à l’écran le Général Dallaire. Shake Hands with the Devil doit sortir en salles en 2007.

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article