Chronique Pharmaceutique

Dans No 03 - Avril-Mai 2006. par

L’asthme  

Les poumons possèdent un mécanisme de défense naturel : lorsque nous respirons de l’air chargé de fumée ou d’irritants, les bronches se referment pour empêcher ces substances d’atteindre les poumons. Chez les asthmatiques, ce réflexe est déréglé et les bronches se referment en présence de divers facteurs ordinairement inoffensifs. Cette hypersensibilité entraîne la crise d’asthme qui se définit par de la difficulté à respirer, de la toux et des sécrétions abondantes. L’asthme se définit donc comme une hypersensibilité des poumons. Les personnes qui souffrent d’asthme ont les poumons « sensibles » même lorsqu’elles n’ont pas de crise! Sensibilité des poumons + facteur déclenchant = crise d’asthme. Une personne aux poumons hypersensibles devrait éviter la présence de divers facteurs tels que : La fumée de cigarette, les odeurs fortes et les polluants; L’air très froid ou très chaud ; Le pollen, les poils d’animaux, les insectes; Les infections respiratoires.   L’exercice est aussi un facteur déclenchant : la respiration accélérée engendrée par l’effort assèche les bronches et entraîne une crise.

La crise d’asthme

Voici ce qui ce passe lors d’une crise d’asthme : Les bronches se referment partiellement et produisent un surplus de mucus, ce qui rend la respiration difficile et entraîne des sifflements et de la toux; À la longue, les bronches deviennent « enflées » et bloquent davantage le passage de l’air.   L’inflammation des bronches est particulièrement importante puisqu’elle rend aussi les poumons plus sensibles.   On entre alors dans un cercle vicieux : plus on fait de crises, plus on devient sensible, plus on fait de crises!   Le traitement de l’asthme   L’asthme peut être maîtrisée. Pour ce faire, on dispose principalement de 3 stratégies : Éviter les facteurs déclenchant   Éliminer la fumée de cigarette, les odeurs fortes et les moisissures de l’environnement immédiat; Éviter les causes d’allergies, s’il y a lieu ; Diminuer la poussière et les acariens (petits insectes vivant dans la poussière), surtout dans la chambre : utiliser un oreiller synthétique, couvrir le matelas d’une enveloppe imperméable, garder l’humidité à 40% ou moins, éviter les toutous en peluche, les tapis, les rideaux en tissus, etc. Traiter rapidement les infections comme le rhume ou la grippe. Traiter les crises en ouvrant les bronches. Lors des crises, prendre rapidement un médicament qui ouvre les bronches et facilite la respiration (un bronchodilatateur). Ces produits sont généralement appelés MÉDICAMENTS D’URGENCE, car ils agissent rapidement. Maîtriser l’inflammation des bronches. Lorsque les crises sont fréquentes et que l’asthme est mal contrôlé, on doit employer un anti-inflammatoire. Ces médicaments diminuent l’enflure des bronches et la sensibilité des poumons, ce qui diminue le nombre et la sévérité des crises. Les anti-inflammatoires doivent être utilisés sur une base régulière.   On considère que l’asthme est maîtrisé lorsque l’asthmatique a une vie normale, c’est-à-dire :

Pas de réveil nocturne relié à l’asthme;

Pas de symptômes d’asthme le jour ou peu (moins de 4 fois par semaine);

Activités physiques et sociales NORMALES;

Utilisation d’un bronchodilatateur moins de 4 fois par semaine.

Le débitmètre de pointe   Les crises d’asthme ne surviennent pas toujours d’un seul coup.   Dans la plupart des cas, les bronches se referment graduellement sur plusieurs heures avant même que l’on ne perçoive un problème de respiration.   Il est possible de mesurer l’ouverture des bronches en soufflant simplement dans un petit appareil : le débitmètre de pointe (voir la fiche DÉBITMÈTRE publiée par Vigilance Santé).   En utilisant régulièrement le débitmètre, on peut suivre au jour le jour l’état des bronches.   On peut aussi mesurer la sévérité d’une crise et constater l’action des bronchodilatateurs.

Il est recommandé à tous les asthmatiques d’effectuer un suivi régulier de leur débit de pointe.   Plan de traitement   Effectuer un suivi de l’état des bronches avec un débitmètre; Identifier et éviter les facteurs qui déclenchent les crises; En cas de crise, employer rapidement un bronchodilatateur.

Médication d’urgence

Lorsque l’asthme est mal contrôlé (lorsque l’on a besoin d’un médicament d’urgence plus d’une fois par jour, pour plusieurs jours) :

Médication de contrôle

Si l’asthme n’est toujours pas bien contrôlé, vérifier auprès de votre médecin ou pharmacien.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*