Un agent de la Sûreté du Québec dans nos école

Dans No 01 - Février 2006. par

La Sûreté du Québec a mis sur pied un “Programme d’intervention en milieu scolaire” afin d’intervenir auprès des jeunes dans les écoles secondaires.  Il s’agit d’un policier en civil qui a pour fonction principale, en partenariat avec les directions, de faire des rencontres sur la prévention, d’apporter un soutien aux jeunes et de neutraliser les contrevenants au niveau des drogues, du taxage et de la violence .  

LES DROGUES ET ALCOOL :  

Le problème de drogue chez les jeunes n’est pas nouveau. Cependant, les drogues sont plus nombreuses et variées qu’avant et peuvent causer des dommages plus grands.  Les jeunes y sont initiés de plus en plus tôt et l’abus entraîne souvent d’autres problèmes.  Pour se procurer leur drogue, les jeunes sont prêts à voler, menacer, extorquer.  Le taxage peut aussi être un moyen de trouver un revenu rapide et régulier. Voilà une problématique qui en génère souvent d’autres. Il est donc essentiel de faire de la prévention.   Les objectifs visés par les policiers sont de sécuriser les jeunes qui ne consomment pas, dissuader et prévenir la consommation chez les consommateurs actuels et potentiels et à veiller à ce que les jeunes consommateurs soient identifiés et aidés rapidement.  Enfin, les policiers voient à ce que tous, parents, directeurs d’école et professeurs se sentent concernés et partagent une vision commune de la problématique et de la manière d’intervenir.    

LA VIOLENCE :

Prévenir le taxage et la violence, identifier et dénoncer les agresseurs, protéger les victimes et poursuivre les contrevenants devant les tribunaux et désarmocer les conflits à l’école sont aussi des priorités pour les policiers. Ils contribuent aussi à l’apprentissage de compétences sociales : gérer ses frustrations, communiquer et négocier convenablement ses besoins ainsi que résister aux pressions de ses pairs. Ils aident aussi les parents et sollicitent une participation plus grande de la communauté et des institutions.    Chez les jeunes, la violence dans les relations amoureuses est présente dans 20 % des cas.  Les agressions sexuelles sont aussi très courantes et les jeunes craignent de les dénoncer.  Il faut avoir l’œil ouvert et déceler les attitudes changeantes des jeunes.  Le taxage et l’intimidation sont aussi deux comportements violents que les jeunes peuvent avoir ou subir.   Tous ces cas de violence peuvent entraîner des fugues.  Les conséquences sont néfastes sur le bien-être physique et mental des jeunes.   L’école est un lieu très populaire pour tous ces types de violence.  Les agressions sont dirigées contre les pairs et contre le personnel enseignant.  Des agressions physiques et psychologiques sont présentes dans toutes les écoles, mais plus particulièrement dans les quartiers défavorisés où les conditions de vie précaires accentuent les autres problèmes.  Les faibles résultats scolaires, le décrochage, la faible estime de soi, l’anxiété et les tentatives de suicide peuvent résulter d’actes de violence ou d’abus de drogue ou d’alcool.   Les policiers cherchent avant tout à aider les jeunes et à les empêcher de devenir des criminels ou des victimes.  Même si les crimes sont répressibles, les policiers veulent avant tout prévenir et surtout aider ces jeunes.  

LES MÉFAITS :  

Mettre fin aux méfaits (graffitis, vandalisme, vols, etc.) est primordial pour les policiers.  Rendre les contrevenants conscients des conséquences de leurs actes pour eux-mêmes et pour la communauté est un moyen de prévention  à développer.  Contribuer à favoriser le développement des capacités et habiletés des parents dans leur rôle éducatif et impliquer les institutions qui oeuvrent auprès des jeunes dans une meilleure éducation au civisme sont des moyens pour les policiers de former des partenaires.   Les problèmes de drogue, de taxage et de violence existent dans la majorité des écoles secondaires et il convient de les contrer. 

Pour tout renseignement ou besoin de support vous pouvez contacter les policiers de votre localité ou  l’agent Daniel Boulianne au 418-393-2020.  

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez à cet article