Point de vue? l’état de nos route a quelque chose, malheur est bon

Dans No 03 - Avril-Mai 2005. par

Récemment, j’ai dû me rendre à Gaspé depuis Petite-Vallée à quelques occasions. Toute une épreuve! En effet, malgré le fait que notre véhicule familial soit tout de même en bon état et passablement luxueux, force est d’admettre que ce tronçon de la 132 ressemble plus à un chemin de fer ou une trail de 4 roues qu’à une route moderne.

Quand ce n’est pas un trou que l’on doive éviter c’est une bosse qui nous fait sursauter. C’est à croire que le revêtement a été effectué à l’aide de tôle ondulée installée sur le travers.

À une certaine époque, on voyait de petits bouts de bois avec un rectangle orange ou rouge plantés sur le bord du chemin et qui nous avertissaient du mauvais état temporaire du chemin. Considérant que le mauvais état de ce chemin est maintenant permanent, les gens du ministère ont perdu cette bonne vieille habitude.

D’autant plus que le ministère ne voudrait pas être accusé de détruire toute une forêt, car avec la quantité de petits bouts de bois que cela prendrait cette route deviendrait ni plus ni moins qu’un corridor avec, de chaque coté, une palissade provenant de nos résineux.

J’en étais à réciter tout un rosaire quand soudain l’illumination est survenue. En effet pourquoi ne pas retourner cette situation en notre faveur.

Je vous explique en trois exemples:

1. On sait que de plus en plus de gens fortunés sont friands d’aventure exotique. Donc pourquoi ne pas interdire la circulation normale et transformer cette partie de la 132 en RAID D’AVENTURE. Ainsi, de nombreux touristes pourraient visiter cette partie de la Gaspésie en traîneaux à chiens ou en véhicules spécialement adaptés et apporter par le fait même leurs précieux dollars. Comme ça, le ministère sauverait plusieurs millions de dollars en entretien et en rénovations inutiles (qu’ils ne font pas de toute manière) et l’industrie touristique profiterait de cette manne.

2. Une autre façon de profiter de cette situation pourrait être de démarrer un village historique ou bien de mettre en valeur le site de la Pointe à la Renommée; les visiteurs se promèneraient en calèche tirée par des chevaux sur cette route historique et rustique; tout en admirant le paysage. Encore une fois, que des investissements mineurs pour ce chemin et c’est certain que tous les touristes croiraient dur comme fer que cette route serait la réplique exacte d’une route d’époque.

3. Ou encore, l’été on pourrait se servir des nombreux et profonds nids de poule pour planter de beaux arbustes et aménager comme il se doit cette route verte qui pourrait devenir officiellement une partie du fameux sentier international des Appalaches. Encore une fois que des gagnants.

Cependant il faut bien admettre que l’état de nos routes ne présente pas que des inconvénients. En effet il est tout à fait impossible de s’endormir lorsque l’on conduit sur un tel chemin. Probablement que nos fonctionnaires pensent à notre sécurité de cette manière?

Bonne journée quand même!

( J’avais écrit un article semblable il y a quelques années et la situation ne s’est pas améliorée depuis, bien au contraire )

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*