À propos de votre Journal

Dans No 08 - Octobre 2005. par

Il y a trois ans maintenant, le journal devait entreprendre une restructuration afin de répondre aux normes du Ministère de la Culture et des Communications du Québec à Bonaventure s`’il voulait survivre et compter sur la participation financière du ministère ou de tout autre organisme gouvernemental. Il a fallu s’adjoindre différentes ressources externes pour mettre en place un statut et des règlements, une politique et un code d’éthique pour le journal. Nous avons également dû revoir notre régie interne. Aujourd’hui, je remercie Mme Michaud qui a fait en sorte qu’un jour je puisse écrire cela dans le journal et pour avoir forcé l’équipe du journal à pondre ces documents. Par le fait même, je veux répondre pour une dernière fois à nos détracteurs ou aux personnes qui ne prennent pas le temps de s’informer avant d’émettre un ou des commentaires négatifs sur le journal comme : «Le journal n’est plus qu’un ramassis de textes, communiqués, etc..». Le journal Le Phare se veut être partie prenante dans notre secteur de l’Estran en diffusait l’information qui concerne nos gens soient les bons coups ou les moins bons. Le jour où cette vision ne sera plus possible, j’abdiquerai…

Pour y arriver, en premier lieu, nous avons doté le journal d’une mission et j’en suis fier parce qu’elle reflète l’orientation que le conseil d’administration et le personnel veulent lui donner.

Voici , pour la 3e fois dans le journal, comment elle se définit : Votre journal communautaire Le Phare a pour mission d’informer, de sensibiliser et de rapprocher les citoyens du secteur en leur transmettant des nouvelles, chroniques, informations qui les touchent, les concernent.


Orientation générale

Publier un journal pour transmettre aux citoyens de l’information concernant le territoire et ses activités ainsi que l’opinion de leurs concitoyens sur l’actualité ;

Être une entreprise de communication à but non lucratif, à propriété collective et à gestion démocratique, regroupant des personnes intéressées à l’implantation d’un carrefour d’expression populaire pouvant servir de tribune de diffusion de l’information communautaire locale ;

Doter la région de moyens d’expression, de diffusion et de développement culturel, économique et communautaire et devenir un instrument de participation des citoyens à l’épanouissement de leur milieu ;

Dans une autre demande du MCCQ, Agente de recherche et de planification socio-économique, voulait que les gens de l’Estran puissent avoir la chance de participer par des écrits, on n’a qu’à penser aux lettres ouvertes et/ou à l’opinion du lecteur. Ainsi, selon elle, cela pourrait créer une certaine dynamique dans le journal. Avant de tenter l’expérience, le journal s’était doté d’une politique d’information. En voici un extrait déjà paru à deux reprises dans des numéros antérieurs :

A) RESPONSABILITÉ

Le CA du journal demeure responsable de l’orientation générale du journal.

Le Comité de rédaction demeure responsable de choisir, de corriger et d’écourter les articles.

Les articles demeurent la responsabilité de son ou ses auteurs, sauf s’ils sont signés par l’équipe de rédaction ou le CA.

Les articles provenant de groupe sont identifiés par le nom du groupe avec la mention collaboration spéciale. Cependant, le nom d’une personne ressource du groupe doit être indiqué à titre de référence.

L’équipe de rédaction est responsable des collaborations au journal concernant la rédaction d’articles et doit viser à diversifier au maximum le nombre de personnes collaborant à celui-ci.

Une identification claire et précise (nom, volume, numéro, date, page et nom de l’auteur) doit accompagner tout article provenant de d’autres publications si celles-ci sont consentantes…

B) CONTENU

Les articles doivent toujours être conformes aux politiques du journal.

Les articles ne doivent pas véhiculer des propos sexistes, racistes, ségrégationnistes, militaristes, anti-ouvriers ou négatifs face aux classes populaires.

Les articles ne doivent pas comporter d’accusations à titre personnel.

Le journal privilégie les articles favorisant et soutenant les actions et les solutions à caractères collectifs, en faveur des classes populaires.

Le journal se réserve le droit de publier les articles en fonction de l’espace disponible, mais sans en changer le sens et avec l’accord de l’auteur si possible.

L’information véhiculée par le journal doit être véridique et vérifiable.

Le journal tend à privilégier l’information à caractère local et régional, susceptible de répondre le plus adéquatement possible à leurs objectifs.

Les articles analysent la réalité en fonction des intérêts et de l’amélioration de la qualité de vie des personnes visées.

Le journal privilégie et favorise l’expression des personnes ayant peu ou pas accès aux médias traditionnels.

Le journal favorise l’utilisation de rubriques et de chroniques clairement identifiées.
Environ 25 % de l’espace disponible dans le journal sera consacré à la publicité.

C) LETTRES OUVERTES

Les lettres ouvertes au journal doivent être signées à moins d’entente particulière avec le Comité de rédaction. Cependant, TOUS les noms, adresses et numéros de téléphone des signataires sont requis pour les dossiers du groupe.

Le Comité de rédaction se réserve le droit de sélectionner les lettres reçues.

Les lettres allant à l’encontre de la politique d’information du journal seront publiées avec l’accord du Comité de rédaction seulement et elles devront faire l’objet d’une mise au point ou d’une réponse de celui-ci.

Depuis les événements de janvier, toutes lettres ouvertes ou opinions du lecteur qui nous parviennent sont transmises au directeur de notre Association des Médias Écrits Communautaires du Québec; celui-ci me donne l’heure juste sur le document. À ce moment-là, une décision est prise quant à la parution ou non de l’article.

Malgré tout, nous sommes conscients des dérangements que ces articles peuvent créer pour certains de nos lecteurs. Nous ne sommes pas là pour censurer, mais pour diffuser l’information. L’instance visée par cette lettre peut toujours répliquer en exprimant sa version des événements, en expliquant ces mêmes événements selon sa position tout en tenant compte de la politique du journal.

Nous demeurons dans un petit secteur où ce ne sont que quelques groupes ou individus qui ont droit de parole. Dès que quelqu’un d’autre tente de s’exprimer via le journal et que ça ne plaît pas, c’est ce dernier que l’on tient responsable pour les propos dérangeants et c’est moi personnellement, comme individu et non comme coordonnateur du journal, qui écope. C’est lourd sur mes épaules.

Lors du prochain conseil d’administration, je demanderai aux administrateurs du journal de mettre fin temporairement aux lettres ouvertes et à l’opinion du lecteur et cela en espérant l’obtention d’un journaliste à temps plein. Si la chance nous sourit et nous arrivons à acquérir cette perle rare, elle aura pour mission d’aller rencontrer les parties et dès ce moment-là, elle écrira un article présentant les différents aspects d’un événement avec ses effets positifs et négatifs et cet article pourra ensuite être présenté aux gens du secteur.

En espérant que cette mise au point vous aidera à mieux comprendre notre approche pour le choix ou non d’un article. Jusqu’ici, nous avons toujours publié vos textes dans leur intégralité parce que nous savons que vous avez mis du temps à rédiger les informations que vous nous faîtes parvenir et que nous croyons que le temps que vous y avez consacré mérite bien que vos textes soient publiées.

<

p style= »text-align: justify; »>En terminant, un fait demeure. On a beau avoir les meilleurs règlements au monde, s’il n’y a pas de bénévoles qui voient à leur déroulement et à leur application, la tâche devient lourde pour la personne qui a à tout gérer. Il reste encore une place de libre au Conseil d’administration et le comité de rédaction attend toujours des volontaires.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*