Apothéose automnale 2005

Dans No 07 - Septembre 2005. par

Sous la coupole céleste, dans la cathédrale de la nature ouverte à tous les vents, je me mis à fredonner le Credo du paysan : « Je crois en toi Maître de la nature, je crois en ton amour, en ta grandeur, en ta bonté ». Devant les paysages enflammés de l’automne, se détachent des arbres des feuilles de toutes espèces. Le sol se jonche d’or, de pourpre, de topaze et de rubis. C’est le tapis moelleux issu de la farandole des feuilles dans le vent où l’érable a encore la proéminence. Aucun spectacle haut en couleur ne pourrait rivaliser avec celui-là. C’est le temps pour un promeneur solitaire de rêvasser, de revivre les moments de la cueillette des baies sauvages : fraises, framboises, bleuets, cerises, groseilles et de dire merci à l’Auteur de la nature. Ne serait-ce pas venu aussi le moment de s’émerveiller de ce qui tombe sous nos yeux : beautés automnales d’un décor prestigieux et avant-goût de la récolte?

« À celui qui a semé largement, il en récoltera les fruits abondants ». L’œil se gave de plaisir et ses papilles gustatives salivent à la vue des produits qu’une terre nourricière nous offre à l’automne. Les larges sillons ensemencés au printemps ont réalisé la promesse d’une récolte abondante.

Le créateur cherche ce qu’il peut bien ajouter de plus à la dignité d’enfant de Dieu. Il dépose en nous son image afin que cette icône visible puisse lui rendre gloire et le rende présent sur la terre des hommes. Que nos yeux s’ouvrent pour contempler une nature rayonnante de splendeurs aux mille couleurs car c’est pour nous que la terre est émaillée de fleurs, d’arbres et de fruits.

« Que tes œuvres sont belles, que tes œuvres sont grandes, Seigneur, tu nous combles de joie »

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*