Jacques Ferron : Hommage à un personnage légendaire

Dans No 05 - Juillet 2005. par

Inauguration de l’exposition Jacques Ferron

À l’occasion du 20e anniversaire du décès de Jacques Ferron, trois organismes ont uni leurs efforts pour mettre sur pied un évènement peu ordinaire qui relate les bienfaits du passage de monsieur Ferron en Gaspésie entre les années 1946 et 1948. En effet, c’est avec un grand enthousiasme que le président de la Corporation touristique de Madeleine, monsieur Alain Beaulieu, le président du Comité de la culture et du patrimoine de Madeleine, monsieur Serge Blanchette ainsi que le secrétaire de la Société des amis de Jacques Ferron, monsieur Luc Gauvreau nous ont accueillis, samedi le 2 juillet dernier, pour inaugurer officiellement l’exposition Jacques Ferron. La journée s’est déroulée en trois étapes qui se sont échelonnées sur quatre heures, soit de 14 h à 18 h.

Tout d’abord, nous nous sommes rendus au Musée du phare de Cap-Madeleine. Certaines personnes ayant connu monsieur Ferron dans le passé ont fait des témoignages plus ou moins émouvants sur la vie de ce grand homme. C’est avec une légère touche humoristique qu’elles ont discouru sur la personnalité et les diverses réalisations qu’a accomplies un homme aux qualités exceptionnelles.

Par la suite, monsieur Gauvreau a pris la parole pour ouvrir solennellement l’exposition. Les visiteurs ont donc pu prendre place à l’intérieur du musée pour la contempler. Il est également important de mentionner que monsieur Carlos Suich, coordonnateur de la revue « Gaspésie », a profité de l’évènement Ferron pour faire le lancement officiel de la publication d’été de la revue en question. Pourquoi me direz-vous ? Parce que le magazine contient un dossier spécial intitulé « La Gaspésie littéraire » dans lequel on retrouve un article écrit par monsieur Bernard Boucher sur le séjour en Gaspésie de Ferron : « Ferron en Gaspésie, un pays de naissances ». Il faut préciser que le Musée de la Gaspésie a collaboré grandement à la réalisation de cette exposition.

Effectivement, la direction a eu la gentillesse de fournir divers accessoires (affiches, livres, photos, etc, … ) au comité organisateur de l’exposition.

À 16 h, nous nous sommes dirigés au Centre Communautaire de Madeleine Centre pour assister à l’inauguration du nouveau nom de la bibliothèque, soit « Jacques Ferron ». Madame Claire Boucher, conseillère municipale, a fait la lecture d’une brève biographie relatant l’histoire d’un homme aux multiples facettes. Par la suite, Luc Gauvreau et Pierre Cantin ont profité de notre présence à la bibliothèque pour parler plus en détails de l’œuvre de Ferron. Il est important de mentionner que la famille de monsieur Ferron a eu la générosité d’offrir à la bibliothèque municipale l’ensemble des œuvres originales écrites par Ferron au cours de sa carrière. Notons que celles-ci seront conservées précieusement et qu’il sera strictement interdit à quiconque de les emprunter. Néanmoins, pour ceux et celles qui y tiennent mordicus, des copies pourront être prêtées.

À 17 h, nous nous sommes rendus au Restaurant Chez Mamie pour le dévoilement d’une plaque commémorative qui rend honneur à monsieur Ferron. Il est primordial de savoir que cette bâtisse fût autrefois la résidence familiale de notre prédécesseur. Le président d’honneur de la journée, monsieur Guy W. Richard, a fait un bref discours qui en a, soit dit en passant, ému plus d’un, pour ensuite dévoiler officiellement la plaque en question. C’est ainsi que la journée a pris fin.

Qui est Jacques Ferron ?

Jacques Ferron voit le jour le 20 janvier 1921 à Louiseville dans le comté de Maskinongé. Il est le premier enfant d’un mariage qui unit Joseph-Alphonse Ferron et Laure-Adrienne Caron. Dès son très jeune âge, Jacques démontre un intérêt incontestable pour l’instruction, l’éducation ainsi que l’écriture. Toujours aux aguets, il est assidûment en quête de nouvelles connaissances et de nouveaux acquis. Il débute ses études au Collège Brébeuf où il poursuit avec brio son cours classique. La médecine est une passion qu’il chérit depuis sa tendre enfance, c’est d’ailleurs pourquoi, en 1945, il prête le serment d’Hippocrate et reçoit officiellement son diplôme de l’Université Laval. Il pourra dorénavant pratiquer cette science qu’il affectionne au plus haut point. En 1946, il prend la décision de délaisser une carrière aisée en ville pour venir s’installer à Rivière-Madeleine en Gaspésie. Il se concocte un cabinet médical dans sa résidence familiale où il accueille chaleureusement ses patients.Le Dr Ferron est également reconnu par les citoyens de cette petite paroisse pour avoir aidé bon nombre de femmes à donner naissance à leurs bébés. Cet homme aux multiples talents ne disposait que de très peu de temps libre puisqu’il devait offrir ses services médicaux aux habitants du secteur de l’Estran, soit de St-Yvon à Rivière-Madeleine. Cependant, il s’est tout de même lié d’amitié avec certaines personnes qui ont été pour lui une grande source d’inspiration. Ayant un esprit éveillé et débordant d’imagination, Ferron profite de son passage en Gaspésie pour s’ouvrir à la littérature québécoise. L’écriture devient pour ce personnage légendaire une passion qui lui permet de s’évader de son quotidien. Divers lieux, tels le littoral panoramique de Manche-d’Épée, le Phare de Cap-Madeleine et le Grand Saut de la Rivière-Madeleine ont permis à Ferron de puiser son inspiration littéraire. Bien qu’il appartienne à une classe sociale supérieure, il sait tendre l’oreille aux petites gens. En 1948, suite à des circonstances nébuleuses, le Dr Ferron quitte regrettablement notre belle région pour faire un retour dans la métropole de Montréal. De grandes ambitions politiques aiguisent et façonnent l’esprit de Ferron. Toutefois, celles-ci ne concordaient pas avec le Parti qui était au pouvoir à ce moment-là, soit l’Union Nationale.À l’automne 1963, il décide donc de créer son propre parti politique; le Parti Rhinocéros qui se résume tout bêtement en un seul et unique mot, dérision. Même si les affaires publiques prenaient de plus en plus de place dans son univers, Ferron ne délaissa jamais ses intérêts pour la médecine et l’écriture. Il a d’ailleurs été, à maintes reprises, le récipiendaire de divers prix littéraires, dont celui « Athanase-David » en 1977. Laissant derrière lui une vie bien remplie, Jacques Ferron tira sa révérence le 22 avril 1985 à l’âge de 64 ans. Écrire et soigner ont été, sans contredit pour Ferron, deux activités indissociables auxquelles il a consacré toute sa vie.En terminant, j’espère que ces quelques lignes vous auront permis de découvrir plus en profondeur l’univers formidable du célèbre Jacques Ferron. Pour ceux et celles qui désireraient obtenir de plus amples informations, vous pouvez soit consulter le site officiel de la Société des amis de Jacques Ferron : http://www.ecrivain.net/ferron/http://www.ecrivain.net/ferron/ ou encore vous rendre au Musée du phare de Cap-Mdeleine pour visiter l’exposition Jacques Ferron qui se tiendra jusqu’à la dernière fin de semaine du mois d’août. De plus, prenez note que les 31 juillet, 3, 6 et 10 août, à compter de 19 h 30, un comédien professionnel de l’île d’Orléans, monsieur Christian Vézina, incarnera le Dr Ferron dans une pièce intitulée « Une veillée chez le maréchal Ferron ».
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*