Menu

Souhait en cette nouvelle année

Dans Année 2005No 01 - Février 2005. par

À l’aube de cette nouvelle année, je tiens à profiter de la tribune qui nous est offerte par le biais de notre journal communautaire afin de souhaiter à tous et chacun de mes concitoyens une bonne et prospère année. En parlant de prospérité; bien souvent j’entends des commentaires plus ou moins positifs au sujet de l’économie de notre région; cependant je crois fermement que cet état de fait constitue plutôt un avantage et je m’explique: puisqu’il n’y a à peu près rien, donc tout est à faire. En d’autres termes, c’est souvent l’imagination qui nous limite. À titre d’exemple, le fait qu’il n’y ait pas d’industrie lourde dans notre secteur fait en sorte que nous pouvons encore profiter d’une nature qui fait l’envie de bien des gens (On n’a qu’à penser au temps de la chasse pour se rendre compte que tout prend vie). Lorsque je me promène à pieds ou autrement dans notre forêt, je ne prends pas la peine de me traîner de l’eau car je sais que la plupart des cours d’eau du secteur sont propres et que cette eau pure et limpide est potable.

Il m’est souvent arrivé d’expliquer ce simple fait « anodin » à des gens de la ville qui étaient plus que sceptiques. Ils ont rapidement été confondus lorsqu’ils m’ont accompagné! De plus en plus, au cours de mes rencontres professionnelles, je fais affaire avec des clients provenant de l’extérieur de la région et même du pays; lesquels ne cessent de me répéter à quel point ils sont fiers de s’être portés acquéreurs d’une partie de notre merveilleux coin de pays. Bizarre que ce soit souvent des gens de l’extérieur (des étrangers) qui doivent remettre nos pendules à l’heure! Mais il y a encore davantage et j’en ai eu maintes fois la démonstration depuis mon établissement dans le secteur et plus particulièrement lors des préparatifs du spectacle des snowbirds en mai dernier. Je crois qu’il aurait été bien difficile, voire impossible, de pouvoir présenter un tel événement sans l’aide d’à peu près tout le monde.

Nulle part ailleurs, une communauté ne se serait autant impliquée et c’est sans aucun doute l’une de nos plus grandes richesses: la capital humain.

C’est ce même capital humain qui nous a également permis de connaître une merveilleuse messe de minuit il y a quelques jours, dans l’église rénovée de Grande- Vallée. Nombreux sont ceux et celles qui ont dû s’impliquer afin de nous faire vivre de telles émotions lors de ces célébrations et festivités chrétiennes. Bref, je crois fermement que l’économie de notre secteur ne pourra que s’améliorer grâce aux formidables gens qui y habitent, qui y vivent et qui y croient.

Bonne année 2005.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*

Dernières nouvelles de Année 2005

Équipe du Journal 2005

Conseil d’Administration Noël-Denis Samson: Président Marceline Richard: Vice-Présidente Rachel Tapp: Secrétaire Henriette

Mot du président

L’année 2005 sera chose du passé d’ici quelques jours. J’espère qu’elle fut
Aller à Haut